Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Articles avec #le monde autour de nous tag

Les réfugiés politiques kurdes sacrifiés pour l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN

1 Juillet 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

En échange du feu vert d'Ankara à leur adhésion à l'OTAN, Stockholm et Helsinki vont devoir livrer des dirigeants et activistes kurdes qui vivent sur leur sol à la Turquie (une trentaine au total).

Pour mettre un visage sur ces réfugiés politiques, on peut par exemple citer le cas de la députée  Amineh Kakabaveh, 52 ans, Kurde iranienne de gauche arrivée en Suède en 1992. La députée kurdo-suédoise indépendante a récemment attiré l'attention internationale après s'être abstenue de voter une motion de censure début juin sauvant ainsi le gouvernement de la Première ministre suédoise Magdalena Andersson. En échange, Kakabaveh a déclaré que le gouvernement avait promis de continuer à aider les Kurdes dans le nord-est de la Syrie... un promesse sur laquelle la Suède va pouvoir s'asseoir après le deal passé avec Erdogan. Voilà comment Mme Andersson remerciera ses amis...

Les deux pays scandinaves ont aussi accepté de renforcer leur coopération en établissant des commissions conjointes des services de sécurité et de renseignement avec Ankara qui lui permettront de bénéficier de leurs anciens dossiers et d’obtenir des informations sécuritaires et sur leurs activités de financement et de recrutement. Un grand pas en avant pour le respect des principes du droit d'asile...

C'est à peu près aussi piteux que l'image du président de la République française courant après son homologue américain comme un caniche à la dernière réunion du G7 pour lui révéler ses petits arrangements avec les Emirats arabes unis pour obtenir un peu plus de pétrole en compensation de l'embargo sur les hydrocarbures russes.

Lire la suite

L'étrange mission de Christine Kelly

25 Juin 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Christianisme, #Le monde autour de nous, #La droite

Depuis les moralistes antiques en passant par Montaigne, les plans de la providence ne laissent jamais de laisser confondus les observateurs. Je regardais tantôt la vidéo ci-dessous qui n'a été vue que par 800 personnes en deux mois (ce qui prouve que les vidéos vraiment importantes ne sont pas regardées). La journaliste Christine Kelly, qui a été la faire-valoir du polémiste Eric Zemmour sur la chaîne C8, y confesse sa foi évangélique profonde.

Elle ne doute pas que c'est Dieu lui-même qui lui a confié pour "mission" d'interviewer ce polémiste, que le Créateur a assuré le succès de l'émission (qui fut le programme-phare de sa chaîne), et ce qui permit d'ailleurs le succès de son interlocuteur dans l'opinion publique.

A vrai dire il y a beaucoup à penser autour de toutes ces choses, et beaucoup de non-dit aussi, nécessairement. Les célébrités sont promptes à raconter qu'elles sont des enfants battus (comme ce fut le cas de Mme Kelly), d'évoquer la question de la couleur de peau et autres thèmes à la mode, mais moins à analyser froidement les composantes structurelles de l'espace social où elles ont émergé, et que, malgré tout, un Pierre Bourdieu avec tous ses défauts nous aura appris à interroger après avoir lui-même douloureusement (plus douloureusement que Bruno Latour qui fait de l'argent autour de ses techniques d'analyse des territoires) appris à en identifier les effets sur lui-même.

Aucune interview de la journaliste ne nous permet de comprendre comment elle s'est structurellement trouvée, qu'elle le veuille ou non, à droite de l'échiquier politique dès la rédaction de sa biographie de Fillon, ni ce que la chaîne qui l'a faite monter devait aux structures néo-coloniales de l'empire Bolloré, à ses liens avec Israël etc.

Mais si toutes ces questions sociologiques auxquelles la journaliste ne répond pas nous renvoient à la thématique du "comment ?", sa confession sur le média protestant ci-dessous renvoie à celle du "pourquoi ?". Pourquoi Dieu a-t-il voulu que cette quinquagénaire guadeloupéenne puisse servir de marchepied au zemmourisme, le faire bénéficier de son aura ? et pourquoi d'une certaine façon comme le soulignent les intervenants à ce "happening", l'étoile du polémiste a fini par décliner après que sa bonne fée eût dû se séparer de lui. Pourquoi cet essor ? Puis ce déclin ?

Il faudrait peut-être parler un peu plus longuement ici du zemmourisme. Personnellement j'ai un avis assez mélangé sur son compte. A maints égards le phénomène a eu le mérite de rappeler l'existence et la pensée de certains auteurs nationalistes comme Bainville, cet héritage de la tradition française ostracisé par l'Université. Je ne crois pas que Zemmour l'ait fait avec une réelle volonté de faire connaître la vérité. Cet homme, comme les marxistes, avait une pensée dialectique, et, dans un sens, ne croyait pas à la vérité (voyez comme j'ai tendance à en parler au passé depuis sa défaite aux législatives, peut-être à tort...). Il voulait seulement faire contrepoids à une pensée de gauche hégémonique. Les contrepoids sont toujours utiles à condition bien sûr ... qu'on ne leur accorde pas trop de poids justement parce que, n'étant pas animés par la vérité (bien qu'ils soulèvent certaines vérité partielles intéressantes), ils risquent autrement de faire tomber d'une erreur dans l'autre. Pourquoi dans le plan de Dieu y a-t-il eu du zémmourisme ? fut-ce comme le boulangisme à une autre époque, un simple feu de paille pour montrer aux Français sur quels chemins d'erreur il faut éviter de se trouver. 

Et quid du destin de Mme Kelly ? Laissera-t-elle dans l'histoire du journalisme, et dans la mémoire française, une empreinte comparable à celle d'Anne Sinclair dans les années 1980. L'une fut une prêtresse (des penseurs du XIXe siècle eussent dit une "hiérophante") d'une religion qui devenait hégémonique dans les années 1980 : celle de la toute puissante télévision couleur hypnotisante. L'autre veut être une sorte de Jeanne d'Arc de la liberté d'expression par temps de fascisme hystérique des réseaux sociaux et de barbarie répression institutionnelle de plus en plus débridée.

Est-ce vraiment-là le but que lui assigna Dieu en notre pauvre France des années 2020 ? Certains diront qu'en ces temps d'inversion des valeurs et de tyrannie médiatique du 666, si Dieu parle par la voix de Bolloré il y a plus de chances que ce fût en réalité le diable qui ait causé l'ascension de la belle journaliste, lui qui parle aussi à travers ces "megachurches" américaines qui croient naïvement l'avoir exorcisé... D'autres objecteront que le Très-Haut est si puissant qu'il utilise les démons à son profit et que donc s'il a usé des puissances infernales pour promouvoir Mme Kelly et son interlocuteur, ce fut malgré tout de même pour le bien de la conscience française, et qu'un certain profit en sera sorti pour tous d'une manière ou d'une autre...

Qui sait ? Rendez-vous en tout cas au Jugement Dernier pour que nous apprenions de quoi Christine Kelly était le nom...

Lire la suite

Jean-Baptiste Fressoz : la neutralité carbone impossible

25 Juin 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

En 2008, l’Union européenne (UE) s’est engagée pour l’abandon progressif des énergies fossiles au profit des énergies renouvelables. L’accord de Paris de 2015 a introduit un objectif de neutralité carbone pour les pays signataires.


En avril 2021, le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen se sont entendus sur la loi européenne sur le climat. Cette loi fixe un objectif juridiquement contraignant de zéro émission nette de gaz à effet de serre d'ici 2050 pour tous les pays membres.

À l’échelle française, c’est la loi énergie-climat de 2019 qui affirme cet objectif. En avril 2022 le "groupe III" du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a publié des scénarios possibles.

L'historien du CNRS Jean-Baptiste Fressoz, qui est un fervent partisan de cet objectif (ce que je ne suis pas), et qui n'est donc pas sur la ligne des climatosceptiques, explique ci-dessous pourquoi cet objectif ne peut pas être atteint. Jamais il n'a existé de "transition énergétique" : le charbon n'a pas remplacé le bois, le pétrole n'a pas remplacé le charbon. Tout cela s'est toujours cumulé : il faut du bois pour étayer les mines de charbon (à sa plus belle époque l'URSS dépensait l'équivalent de la consommation totale de la France au début du siècle seulement pour étayer ses mines, et c'est grâce à un canal creusé entre le Don et la Volga pour approvisionner les mines en bois sibérien que l'Ukraine a pu produire du charbon), et il faut beaucoup de charbon pour fabriquer les voitures qui roulent au pétrole, et aussi pour celles qui roulent à l'électricité d'ailleurs (pour fabriquer l'acier de la carrosserie, le verre des pare-brises - et pour la tenue de route des voitures électriques il va falloir investir beaucoup dans le bitume très polluant en CO2). Ce sont les grands groupes énergétiques à partir des années 1950 qui ont commencé à disserter sur la transition énergétique pour faire croire à un passage indolore à une économie post-hydrocarbures qui n'est jamais venue.

Jamais aucune crise - ni les guerres mondiales, ni les pandémies - n'ont réduit les consommations énergétiques, et aucune consommation de matière première en général n'a jamais diminué, sauf la laine de mouton remplacée par les tissues synthétiques, ce qui n'est pas bon pour la planète, et l'amiante interdite pour raison de santé. Tant que l'énergie est disponible on la consomme, et en ce moment il est de plus en plus rentable d'extraire du pétrole car son cours augmente. Seuls les pays privés d'importation avec l'effondrement de l'URSS - la Corée du Nord et Cuba - ont inversé pendant quelques années la tendance parce que la ressource n'est pas disponibles.

La conscience du climat ne change rien à l'affaire, car la morale ne l'emporte pas sur l'impératif économique (depuis toujours le paysan est très attentif au climat et Christophe Colomb en son temps théorisait sur la mauvaise gestion des forêts par les Indiens des Caraïbes et leur impact sur le climat). Aujourd'hui, les "prises de consciences" n'ont aucun impact. Si l'Union européenne réduit ses émissions de carbone, c'est largement parce qu'elle externalise une partie de sa production industrielle en Asie qu'elle importe ensuite à grand renfort de trajets maritimes polluants (merci le libre-échangisme !). Et la guerre d'Ukraine n'est pas une bonne nouvelle car elle va condamner l'Europe à importer du gaz de schiste américain transporté par bateau mois sale écologiquement que le gaz naturel russe circulant par des pipe-lines. D'une manière générale, explique Fressoz, pour diminuer les émissions de carbone il faut réduire la taille des économies. Or cela n'est envisageable que dans le cadre d'une coopération planétaire. La rivalité américano-russe et américano-chinoise avec la compétition des budgets militaires qu'elle implique ne permettra pas la décroissance. Donc ses partisans (y compris nos chers écologistes) sont en fait partisans d'un surcroît d'émission de CO2...

La seule alternative qu'il pourrait y avoir à la réduction du CO2 pour limiter le réchauffement climatique serait, selon Fressoz, la géo-ingénierie, et notamment l'envoi en haute atmosphère de particules sulfurées qui renverraient les rayons solaires et refroidiraient le climat. Déjà en 1965 un rapport soumis au président américain Lyndon Johnson prônait la géo-ingénierie. Deux problèmes à cela 1) ce serait une drogue pour l'humanité, car lorsqu'on se lance là-dedans on ne peut plus s'arrêter : si l'on s'arrête de bombarder la haute atmosphère il y a d'un coup des effets de rattrapage délétères ; 2) c'est quand même assez prométhéen (luciférien) et immoral, car l'homme se pose en maître du climat (cela dit, remarque Fressoz, est-ce plus immoral que d'avoir modifié radicalement la structure de nos sols avec les engrais, qui consistaient à les gaver d'azote, ou encore d'avoir réduit délibérément des deux tiers la bio-masse des insectes volants comme on l'a fait depuis 30 ans ?).

Je suis bien sûr assez d'accord avec cette sévère démystification du terrorisme intellectuel écologiste actuel qui ne fait qu'agiter des objectifs inatteignables et contraindre tout le monde à accepter des mesures dictatoriales tout en sachant qu'elles ne servent à rien.

J'ajouterai qu'encore le discours de Fressoz ne raisonne que sur ce qui est visible. Il fait l'impasse sur toute la dimension cachée de la géo-ingénierie déjà existante, menée notamment par la NASA ou par le Pentagone, avec par exemple le dispositif Haarp, dont on a quelques indices mais sur laquelle par nature on sait peu de choses et qui pourrait être à l'origine de beaucoup de perturbations climatiques actuelles...

Lire la suite

Injustices estivales

23 Juin 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #La gauche, #La droite, #Peuples d'Europe et UE, #coronavirus-vaccination-big pharma, #Billets divers de Delorca

On ne peut pas regarder sans cesse la situation politique du point de vue des racines spirituelles, il faut aussi, de temps en temps rappeler les règles de justice, ne serait-ce que pour ne pas avoir à se reprocher après coup d'être resté trop silencieux devant les quelques lecteurs qui nous restent sur des sujets importants pour le quotidien des gens.

Soulignons donc aujourd'hui que la position de Macron qui après la défaite de son parti à l'élection législative somme son opposition de proposer des compromis est injuste. Il aurait dû a minima proposer un nouveau pacte politique à ses opposants. Il est surtout injuste parce qu'il vise à toujours asseoir plus le pouvoir des riches, et c'est ce qu'il fera avec des ententes ponctuelles avec Les Républicains et le Rassemblement national, notamment sur la retraite à 65 ans que le régime macronien doit à l'Union européenne en échange de l'aide économique à la relance versée.

Est aussi injuste bien sûr l'obstination de l'Union européenne à sanctionner la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine, injuste et contre-productive pour l'économie mondiale, obstination qui se double en ce moment de l'envoi inconsidéré d'armements qui risquent de proliférer entre les mains de mafieux de tous horizons, d'une extension paranoïaque de l'OTAN à la Suède et à la Finlande (heureusement ralentie par Ankara en ce moment), et d'un blocus absurde de l'enclave de Kaliningrad. Tout cela se conjugue, sur la forme, avec l'humiliation de la France par des embrassades exagérément sensuelles d'un Macron (qui n'est plus stagiaire ENA mais chef d'Etat, faut-il le lui rappeler) avec Zelinsky, et des classes politiques occidentales qui toutes doivent rendre hommage à ce pitre et accueillir son icône dans leurs assemblées par téléconférences (heureusement la plupart des chefs d'Etat africains ont refusé ce sketch quand le régime de Kiev a tenté de le leur imposer le 20 juin). Et une entrée dans l'Union européenne promise en prime - on rêve ! La poignée de main de maître maçon (avec le pouce tourné vers le bas) du chef d'Etat ukrainien avec Ben Stiller, l'acteur du film Mon Beau Père et moi, le 21 juin dit assez quels réseaux sont derrière cette comédie. Dans la série burlesque (qui le serait, du moins, si sur le terrain il n'y avait pas des morts chaque jour du fait de cette folie), relevons aussi cette tentative d'excommunication prononcée par l' "intellectuel" Slavoj Zizek contre Chomsky et tous ceux qui, à gauche, prônent la négociation avec Poutine.

Troisième injustice évidemment la prorogation du passe sanitaire par le Parlement européen, avec les votes conjoints des écologistes, des socialistes et de la droite, dans le sens des conflits d'intérêt de Mme Von der Leyen, alors que l'Autriche par exemple renonce définitivement (semble-t-il) à la vaccination obligatoire. Jusqu'où ira l'usurpation des fédéralistes européistes dans ce domaine ? Par le jeu très douteux de la recrudescence médiatiquement manufacturée des tests PCR qui font passer les rhumes pour des symptômes du Covid et l'absence de symptôme pour une vraie maladie, on nous fait croire à un rebond de l'épidémie en plein été (ce qui ne s'est jamais constaté les autres années), pour nous refiler des quatrièmes doses. Toujours pas de réintégration des soignants réfractaires à la vaccination au programme. Même la Corée du Nord en mai a cessé de résister au covidisme... Suivra-t-elle le chemin de la Tanzanie qui, après la mort suspecte de son président, s'est engagée à atteindre un taux de vaccination Covid de 70 % à l'automne ?

Eurodéputés français pro-pass sanitaire au parlement européen :

 

Lire la suite

Toutes mobilisées pour le Nouvel ordre mondial

18 Juin 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous

La gendarmerie française s'équipe de véhicules blindés pour mater les insurrections populaires à l'automne prochain... et toutes les magiciennes du 666 sont mobilisées pour vous faire accepter les "changements inévitables" et la dictature qui vient...

Voyez les vidéos ci-dessous.

Lire la suite

L'enjeu alimentaire autour de l'Ukraine

6 Juin 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #Les Stazinis, #Le monde autour de nous

Le ministre des Affaires étrangères de la Russie Sergueï Lavrov devait se rendre à Belgrade le mardi 7 juin, mais cette arrivée a été retardée après que trois pays (la Bulgarie, la Macédoine du Nord et le Monténégro) eurent interdit le vol de l'avion dans lequel Lavrov devait se trouver. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que la visite était annulée. Cette initiative des 3 pays vassaux de Washington viole la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, essentielle à la conduite des relations extérieures, qui garantit aux diplomates qu'ils seront libres d'assumer leurs fonctions.

Il y a 4 jours Macky Sall , président du Sénégal (pays qui s'est abstenu de condamner à l'ONU l'invasion de l'Ukraine) et de l'Union africaine s'est envolé pour Moscou pour convaincre Vladimir Poutine de laisser l'Ukraine exporter ses stocks de produits alimentaires pour éviter une dangereuse pénurie qui en Afrique commence à frapper notamment les enfants. De leur côté les Nations Unies tentent de négocier un accord avec la Russie pour permettre à l'Ukraine de redémarrer les exportations de céréales via la mer Noire.  Vladimir Poutine et de responsables russes ont fait savoir qu'ils allégeraient le blocus des ports ukrainiens si, en échange, l'Occident lève ses sanctions économiques contre Moscou. Les Etats-Unis, peu sensibles au sort des affamés, rejettent par avance cette proposition qu'un responsable américain dans Politico décrit  comme une "diplomatie d'extorsion".

Par ailleurs il existe une controverse pour savoir si les sanctions occidentales couvrent effectivement les exportations alimentaires russes et leurs produits fertilisants (la Russie produit une bonne partie de ces engrais). L'ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield,prétend que non. En fait le point n'est pas clair : " Les sanctions ont perturbé les ventes d'engrais et de cultures en provenance de Russie, écrivait CTVNews en mars. De nombreuses banques et commerçants occidentaux évitent les approvisionnements russes de peur de ne pas respecter les règles en évolution rapide". L'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Trésor américain a publié une nouvelle licence générale datée du 24 mars, qui soustrait  les engrais minéraux russes à d'éventuelles sanctions mais les acteurs économiques par prudence évitent de passer des contrats.

L'Union européenne, réfléchit au moyen d' expédier le grain ukrainien sur des routes terrestres via le rail et le camion, mais cela s'avère techniquement difficile et coûteux. Aux Etats-Unis des va-t-en-guerre irresponsables comme  Jason Crow (D-Colo.), ancien garde forestier de l'armée qui a rencontré le président ukrainien Zélinsky en mai, plaident pour une action de armée contre le blocus par les Russes du port d'Odessa (le seul grand port maintenant contrôlé par l'Ukraine après la chute de Marioupol). Crow est un ami de George Soros. Jennifer Allan Soros, la belle-fille du milliardaire avait symboliquement versé 2 800 dollars pour sa campagne en 2020 - le reste de ses comptes peut être épluché ici.

Les militaires américains résistent. Le chef d'état-major interarmées, le général Mark Milley, a déclaré mardi aux journalistes que le déminage des ports ukrainiens et la navigation dans le blocus naval russe "seraient une opération militaire à haut risque qui nécessiterait des efforts considérables". En outre la Turquie continue sagement de refuser l'accès des bateaux de guerre à la Mer noire.

Sur le front énergétique l’Union européenne a banni, vendredi 3 juin, la majeure partie des importations de pétrole russe par bateau avec un embargo dans les six mois, dans son 6e paquet de sanctions contre Moscou. Le premier ministre hongrois a en revanche obtenu que l’approvisionnement par oléoduc puisse continuer « temporairement » mais sans fixation de date limite pour alimenter la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque (ainsi accessoirement que l'exclusion du patriarche de l'église orthodoxe de la liste des sanctions au nom de la liberté religieuse).

Lire la suite

La psychose de la piqûre

30 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn, #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous, #coronavirus-vaccination-big pharma

On s'est intéressé sur ce blog l'an dernier au phénomène étrange des mutilations de chevaux en France. Un autre lui succède en ce moment : la psychose des piqûres.

Je lis dans La République des Pyrénées (journal du Béarn) : l'histoire d'un groupe de cinq jeunes (entre 19 et 22 ans), qui le 19 mai dans un bar palois pendant la nuit ont eu un long moment d'absence (un "black out") et se sont retrouvés au petit matin avec des traces de piqûres au coude. Une fille s'est mise à traverser la ville à pied en pleine nuit, ce qu'elle ne fait jamais, un garçon a sombré dans une forte léthargie.

Près d'Argelès-Gazost, le 30 avril une jeune Bigourdane dans une soirée a entendu une rumeur concernant des piqûres sauvages ("needle spiking"), puis ressenti une chaleur à la cuisse, et s'est retrouvée ensuite avec des traces d'insuline et de GHB (la drogue du viol) dans le sang. 300 plaintes ont été déposées dans toute la France depuis fin mars. Les traces avérées de drogues sont rares. Le phénomène a commencé en France en avril dans l'Ouest de la France puis s'est généralisé. Cette étrange "mode" provient d'Angleterre (1 300 plaintes en 6 mois, surtout du côté de Manchester) où elle sévit depuis fin 2021.

Le 28 mai, Dinos rappeur adepte du 666 sur l'oeil droit a lancé un appel contre ces pratiques. C'est apparemment la première star en France à faire ça. Evidemment devant ce genre de phénomène quand même assez massif, on peut être tenté de suivre une piste conspirationniste. C'est ce que tente en deux lignes le site PlanB quand il écrit : "Le problème le plus préoccupant est celui des piqûres sauvages. Cela peut avoir été planifié dans le cadre du "sacrifice du culte maçonnique", mais si c'est aléatoire, vous êtes tous foutus." Après tout Hollywood ne nous bassine-t-il pas avec la thématique des seringues tout le temps ? L'obsession sadique médicale étant partout, le film Les Crimes du futur, de Cronenberg présenté à Cannes cette année nous explique même que l'opération chirurgicale est la nouvelle forme de la sexualité (sic). Dans un tel contexte, il n'est pas exclu que les occultistes de haut vol veuillent encore plus polariser l'obsession fétichiste de l'aiguille, déjà bien stimulée par la dictature vaccinale, en poussant quelques équipes volantes dans les boites de nuit à jouer de la seringue en douce... De toute façon ces gens ont besoin de psychose... Attentats, Covid, guerres, variole du singe, piqûres sauvages... tout leur est bon dans cette perspective.

Lire la suite

Des nouvelles du mouvement populaire au Soudan

22 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Le monde autour de nous

Un bon résumé (en anglais) de l'activisme populaire au Soudan pour l'instauration d'un régime démocratique, ainsi que des efforts des Etats-Unis pour réintroduire les forces liberticides dans le processus politique.  Fathi el-Fadl secrétaire de l'information du Parti communiste soudanais (une force importante qui était membre du gouvernement d'entente nationale en 2020) y rappelle, au micro d'Eugene Puryear, que le Soudan fait partie de l'Africom (commandement américain en Afrique) et que les appétits des pays riches contre son pays, y compris la France, sont féroces.

Lire la suite

Nancy Pelosi interdite de communion par l'archevêque de San Francisco

22 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Avortement, #Le monde autour de nous, #Christianisme

Dans un communiqué publié le 20 mai dernier, Mgr Salvatore Cordileone a déclaré que la présidente démocrate de la Chambre basse Nancy Pelosi (qui s'affiche comme catholique pratiquante) ne serait pas admise à la communion dans le diocèse de San Francisco (Californie) tant qu'elle n'aurait pas retiré son soutien actif aux législations de plus en plus agressives en faveur de l'avortement en vigueur en Californie et en Nouvelle Angleterre. Mme Pelosi avait pourtant été reçue en grande pompe au Vatican en octobre 2021 où elle avait échangé des gestes étranges avec le pape François...

 

Lire la suite

Mobilisation des Brics

20 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Colonialisme-impérialisme

Après diverses réunions des "sherpas" des BRICS (Brésil Russie Inde Chine Afrique du Sud), les ministre des affaires étrangères de ce bloc se sont retrouvés hier par visio-conférence. A l'ouverture le président chinois Xi Jimping (dont le pays assume la présidence tournante) a appelé les cinq pays du groupe "à engager un dialogue et des échanges avec davantage de marchés émergents et de pays en développement afin d'accroître la compréhension et la confiance mutuelles, de resserrer les liens de coopération et d'approfondir la convergence des intérêts, de manière à rendre le gâteau de la coopération plus grand et augmenter la force de progrès et contribuer encore plus à la noble vision de construire une communauté de destin pour l'humanité."

Au menu des discussions : l'objectif d'augmenter le volume des règlements en devises nationales afin d'être plus indépendant des politiques de Washington. Les sanctions des États-Unis et de leurs alliés contre la Russie en gelant les 300 milliards de dollars de réserves d'or et de devises du pays, représentant près de la moitié des réserves de change totales de la Russie, ont fait perdre au dollar américain sa neutralité, estiment des experts comme Cao Yuanzheng, président de BOC International Research, ce qui incitera naturellement les pays BRICS à développer des parades.

Ils estiment que Washington a désormais une position "anti-mondialisation", et il leur faut donc s'engager dans la dédollarisation. Ainsi parallèlement au système de messagerie bancaire mondial SWIFT, la Chine souhaite mettre en avant auprès des BRICS son propre système de règlement commercial appelé le système de paiement interbancaire transfrontalier (CIPS), qui offre des services de compensation et de règlement aux participants aux paiements et au commerce transfrontaliers en yuan (le yuan représente 2,14 % des règlements mondiaux derrière le dollar américain, l'euro, la livre et le yen).

La ministre des affaires étrangères d'Argentine dont le pays aspire à rejoindre le BRICS siégeait à la réunion comme observateur. Les BRICS dans leur ensemble représentent 22% de la surface continentale, 42% de la population mondiale et 24% du PIB mondial.

Lire la suite

Société de contrôle

18 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Le monde autour de nous

Le 1er décembre 2021 les 194 membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sont parvenus à un consensus pour entamer le processus d'élaboration et de négociation d'une convention, d'un accord ou d'un autre instrument international dans le cadre de la Constitution de l'Organisation mondiale de la santé pour renforcer la prévention des pandémies, préparation et réponse.

Un organe de négociation intergouvernemental devait désormais être constitué et tenir sa première réunion avant le 1er mars 2022 (pour convenir des méthodes de travail et des délais) et sa seconde avant le 1er août 2022 (pour discuter des progrès sur un projet de travail). Il présentera ensuite un rapport d'étape à la 76e Assemblée mondiale de la santé en 2023, dans le but d'adopter l'instrument d'ici 2024.

L'OMS dispose déjà de règles contraignantes connues sous le nom de Règlement sanitaire international (2005) qui définissent les obligations des pays lorsque des événements de santé publique sont susceptibles de traverser les frontières (notamment des dispositifs d'information). L'idée d'un nouveau traité a été promue par l'Union européenne, le Royaume Uni, l'Indonésie, le Kenya etc. Les Etats-Unis, l'Inde et le Brésil sont pour un traité non-contraignant.

A penser en complément avec le rôle de McKinsey (aujourd'hui poursuivi pour faux témoignage devant le Sénat français en ce qui concerne ses déclarations fiscales) : Le Canard Enchaîné avait révélé le 6 janvier 2021 sous le titre "La vaccination a déjà grippé le gouvernement" que la stratégie vaccinale française pilotée par le young leader Olivier Véran, et par l'état, obéit en fait, aux ordres et aux désirs de Maël de Calan, ex-porte-parole de Juppé (aujourd'hui membre du Conseil constitutionnel, comme Fabius prère d'un directeur associé chez McKinsey)consultant du cabinet géant américain McKinsey, dont on connait désormais les liens financiers avec Pfizer, et Young leader de la French-American Foundation, et de la France-China Foundation (ce qui est aussi le cas de Véran, Macron et Philippe depuis longtemps). Notez que le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne est le mari de Marguerite Cazeneuve, ex-McKinsey (et fille d’une dirigeante d’Eli Lilly, un important laboratoire pharmaceutique), conseillère chargée par Macron de la réforme des retraites. De ce point de vue rien ne changera en France.

A part ça, un rapport sénatorial français préconise d'expérimenter la reconnaissance faciale pour une durée de trois ans

Une loi d' "expérimentation" fixerait les conditions dans lesquelles la reconnaissance biométrique pourrait être utilisée. Lors d'une conférence de presse, les trois rapporteurs, Marc-Philippe Daubresse (LR - F*M* selon Bachkchich du 3 avril 2010 p. 8), Jérôme Durain (PS, F*M* selon Le Monde du 1er octobre 2019 et partisan de la vaccination obligatoire) et Arnaud de Belenet (Union centriste), ont fait valoir qu'il ne s'agissait pas d'utiliser la reconnaissance faciale de façon large, mais "au cas par cas, avec limitation géographique et dans le temps" (pour l'instant... bien sûr...).

Dès la réélection de Macron, le gouvernement a décrété la création d'une nouvelle application d'identité numérique. Baptisé "Service de garantie de l'identité numérique" (SGIN), après l'échec du projet Alicem, la première tentative du genre, lancée en 2019. Cette formule permettra d'intégrer la carte d'identité et les données bancaires au smartphone, sur la base du volontariat, pour faciliter les paiements (en attendant que cela devienne obligatoire bien sûr...)

Lire la suite

Une martyre chrétienne au Nigeria

14 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Christianisme

La chrétienne Deborah Yakubu, étudiante en économie, a été lapidée et brûlée hier pour blasphème dans le Nord-Ouest du Nigéria (elle avait déclaré sur un groupe virtuel principalement fréquenté par des jeunes de sa ville que ce groupe n'était pas destinés à recevoir des propos religieux vides de sens, déclaration qui répondait à des posts prosélytes musulmans - sa déclaration circule sur Twitter en dialecte local, tout comme les images de crémation de sa dépouille). L'ex-vice président Atiku Abubakar a dû retirer un post sur Twitter condamnant ce lynchage.

 

Lire la suite

Tour d'horizon de notre planète

11 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous

Compte tenu du très faible taux de fréquentation de ce blog depuis le mois de janvier, il ne m'apparaît pas indispensable de continuer à réagir à l'actualité. Quelqu'un il y a quelques années m'avait dit que les gens avaient besoin de grilles d'analyses indépendantes et que donc quiconque se dévouait pour en produire rendait nécessairement service, mais je ne suis pas archi-convaincu de cela. Je me méfie des gens qui s'autoproclament "grands témoins" de leur époque et se proposent d'éclairer leur prochain alors qu'eux mêmes n'ont que des lumières bien courtes. Internet encourage ce genre de folie. Il faut savoir s'en dégager.

Néanmoins, pour le cas où deux ou trois personnes abonnées à ce blog voudraient encore connaître mon  opinion sur la situation de notre planète, je veux bien m'essayer d'écrire pour elles ce petit billet en forme de lettre à des amis, en m'essayant à un petit tour du monde d'Ouest en Est.

A tout Seigneur tout honneur, commençons par les Etats-Unis, première puissance mondiale qui s'affaiblit, pays qui se déchire. On n'y compte plus les menaces de pénurie alimentaire, de coupures d'électricité et autres, qu'on nous promet aussi en Europe, sans qu'on sache si tout cela est le fruit d'une incompétence systémique, d'un projet de "grande réinitialisation" ou les deux (voyez mon billet du mois dernier à ce sujet qui aborde aussi la dimension surnaturelle de tout cela. Pays déchiré disais-je où la dernière décision de la Cour suprême sur l'avortement relance des persécutions anti-chrétiennes. L'opinion publique de droite se berce de nouvelles illusions en croyant qu'Elon Musk après le rachat de Twitter sauvera la liberté d'expression. Même en France l'avocat anti-covidiste qui se dit chrétien a tweeté qu'il aimerait que ses enfants fussent comme Elon Musk, oubliant au passage que le patron de Tesla est aussi le promoteur du Neuralink et des incubateurs artificiels et un abonné du Forum économique mondial.

Restons dans l'hémisphère occidental : la semaine dernière la chaîne chaviste Telesur égrenait une liste d'hommages à Cuba après une explosion de gaz dans un hôtel de La Havane. Cela allait de Loukachenko à une association cubano-palestinienne. De vrais relents d'internationale communiste même dans le côté répétitif des dépêches. Le président mexicain boycotte le sommet de l'OEA, ce qui est à son honneur, du fait de l'attitude inique de cette structure à l'égard de Cuba et du Nicaragua. La Bolivie lui emboîte le pas. Il me semble que Bolosonaro n'y sera pas non plus, pour une raison différente bien sûr. Voilà qui laissera Biden bien seul et accuse la perte d'influence de Washington dans son arrière-cour latino-américaine.

Beaucoup de médias alternatifs ont aussi dit un mot de l'asile politique accordé à Correa en Belgique, qui en dit long sur la situation calamiteuse de la démocratie en Equateur. La situation au Chili et au Pérou où la gauche a pris le pouvoir, comme en Argentine du reste, ne suscite cependant d'enthousiasme nulle part, ce qui prouve que les alternances ne sont pas toujours heureuses. Je prédirais volontiers la même morosité si M. Mélenchon devenait premier ministre de Macron en juin chez nous. Ce serait du même acabit qu'Alexis Tsipras en Grèce il y a dix ans.

En Europe l'âme damnée des mondialistes Mme von der Leyen appelle à un sursaut fédéraliste par l'abrogation de la règle de l'unanimité. M. Macron lui emboîte le pas, et se félicite au passage de ce que la commission européenne (qui a commandé neuf doses de vaccins par tête d'habitant) ait chapeauté la politique anti-Covid bien qu'aucun texte ne l'y autorisât. Tout ce petit monde fourbit ses armes contre les peuples. Les passeports vaccinaux vont bientôt ressortir (on aimerait que, comme en Inde, des juges les déclarassent anti-constitutionnels, mais ne rêvons pas). Mais l'heure est à la division : les petits pays s'accrochent à l'unanimité, et Bruxelles s'incline devant la volonté de la Hongrie et de quelques-uns de ses voisins de s'opposer à l'embargo sur le pétrole russe. Orban a pour lui, comme le président du Mexique, une très forte légitimité du fait du soutien massif que lui porte son peuple à chaque élection, cela fait partie des petits grains de sable dans l'engrenage mondialiste.

A propos de la Russie, beaucoup de Youtubeurs y vont de leurs pronostics sur le fait que notre obsession de la sanctionner va détruire nos économies. Il est en réalité délicat de se risquer à des pronostics sur la question de savoir qui craquera le premier. Un article de Kommersant (journal russe) disait il y a peu par exemple que l'ouverture économique de l'Inde qui a résisté aux sirènes américaines n'est pas forcément une soupape de sécurité pour le Kremlin même si elle pourrait à certains égards être plus prometteuse que la Chine. Les circuits d'approvisionnement énergétique ne se réorientent pas facilement : on n'adapte pas facilement ses infrastructures et son expertise à un nouveau fournisseur. Et puis on ne sait pas trop ce que vaudra en termes d'armement une Russie qui n'a plus accès aux composantes de haute technologie, pour les micro-processeurs par exemple. Le fait est que le rouble est haut aujourd'hui, que la Russie ne s'en sort pas trop mal, et que Poutine a pu vérifier encore sa popularité domestique le 9 mai. Mais bien malin qui cherche à prédire l'avenir.

Loin de chercher à jouer les prophètes, pour ma part je me borne à m'attrister de voir les fous qui nous gouvernent pousser à la guerre nucléaire, ou encore légitimer à demi-mots le nazisme, comme on l'a vu avec les attaques stupides contre la mémoire des Soviétiques qui ont libéré l'Europe de la barbarie hitlérienne : voyez par exemple cet affreux panneau publicitaire en Grande-Bretagne. A Riga les révisionnistes ont saccagé les fleurs déposées sur les monuments soviétiques. En Pologne une cinglée attaque à l'encre rouge l'ambassadeur russe qui participait à la commémoration du 9 mai. Cela fait 20 ans que l'on constate en Europe de l'Est cette sournoise réhabilitation de la SS avec la bénédiction de l'Union européenne et de nos politiciens. La crise ukrainienne est aussi née de cela, mais chut ! il est interdit de parler de cela dans nos médias.

De même que l'on n'a pas parlé du bataillon Azov à Marioupol. A-t-il retenu des boucliers humains ou bien les Russes ont-ils vraiment ciblé des objectifs civils ? Je suppose que nul ne peut faire la part des choses entre deux versions, de même que nul ne sait où en sont les ambitions de Poutine aujourd'hui. Apparemment il ne s'agit plus de dénazifier l'Ukraine mais seulement de la couper de sa façade maritime, preuve que la défense territoriale de ce pays aura été plus efficace que prévu, ou l'armée russe moins efficace que le Kremlin ne l'espérait. A supposer que la partition soit acquise, le régime de Kiev, si lamentablement poussé à l'extrémisme par Washington et les Européens, aura-t-il la sagesse de l'entériner dans une négociation diplomatique raisonnable ?

Il y a tant de délire dans ce conflit que je préfère ne pas en parler davantage. Le livre sur le Donbass auquel j'avais collaboré en 2014 devrait sortir bientôt, ce sera ma seule contribution sur le sujet hors des frontières de ce blog.

Que dire encore de notre Europe ? L'Espagne, agitée par un scandale d'espionnage, s'est rapprochée du Maroc, en Italie on teste le crédit social à Bologne...Dans les Balkans la Serbie est malmenée par Bruxelles à cause de sa proximité avec Moscou (le Conseil de l'Europe semble même prêt à intégrer le Kosovo à ses structures), et les Occidentaux font comparaître devant le Conseil de Sécurité un haut-commissaire fantôme pour la Bosnie Herzégovine (un diplomate allemand désigné dans la plus grande illégalité) sous les huées de la Russie et de la Chine : décidément tous les coups sont permis, c'est pire que le temps de la guerre froide (à l'époque on n'avait pas envisagé des coups aussi tordus, par exemple jamais on n'avait évoqué un possible "regime change" à Moscou ou l'expulsion de la Russie d'un quelconque organe de l'ONU).  Bien triste époque vraiment...

Au Proche-Orient, la "plus éthique des armées du monde" tire dans la tête d'une journaliste d'Al Jazeera de 51 ans qui portait pourtant un gilet "press" sur elle, et l'OPEP refuse de suivre les injonctions occidentales sur le prix du pétrole. En Afrique je parcours rapidement quelques nouvelles sur le Tigré où l'on continue à nous dire que la population est affamée, mais on ne peut même pas le savoir car ils n'ont plus le téléphone depuis 18 mois. Inutile d'épiloguer sinon les anti-impérialistes vont encore me tomber dessus en m'accusant dans leurs logiques binaires de faire le jeu de ceux qui veulent balkaniser l'Ethiopie.

L'ancien contributeur de l'Atlas alternatif sur la Tanzanie m'a écrit hier que son pays souffre de l'explosion des prix des matières premières dues au conflit ukrainien (on a le même problème dans nos classes populaires, sur un mode moins tragique bien sûr). Mais ce point, comme la guerre du Yémen, ne fera pas la Une de nos journaux.

Au Sri-Lanka le peuple est en révolte. J'attends les analyses de Jean-Pierre Page qui fut longtemps une de mes boussoles sur ce pays (même si je veux bien admettre que certaines de ses analyses puissent être critiquables). En Chine la politique de confinement anti-Covid perdure et ne contribue pas à rendre ce pays sympathique. J'avoue ne pas avoir pris le temps de lire les discussions sur le sort réservé à l'évêque de Hong-Kong, comme je ne lis plus trop les mille et un débats sur l'hérésie du pape François (laquelle paraît s'affirmer avec une certaine persévérance). Sous les latitudes orientales la démocratie ne progresse pas. J'avais lu de tristes nouvelles sur le Cambodge il y a quelque temps. Celles sur la Birmanie sont encore pire. Certains médias ont attiré l'attention sur le fait qu'un ciel rouge sang est apparu au dessus de la Chine. Le gouvernement veut faire croire que c'est la couleur de bateaux de pêcheurs qui se reflète dans le ciel (ce qui est peu crédible)... les chrétiens y voient la réalisation de prophéties bibliques sur les signes célestes de la fin des temps (signes que nous sommes appelés à décoder).

Enfin au pays du Soleil Levant, malgré quelques discours un peu musclés sur les îles Kouriles, le gouvernement japonais a fait savoir qu'il ne renoncerait pas à ses concessions pétrolières en Russie. Espérons que Total aura la sagesse de faire de même, en résistant aux pressions des impérialistes (et notamment des Verts) sur ce sujet.

Voici donc pour ce petit tour d'horizon du soir. J'ai dû oublier quelques sujets au passage... Ah oui, par exemple le pauvre Afghanistan qui meurt toujours de faim depuis que Washington a confisqué les réserves de sa banque centrale et où les mosquées chiites et soufies sont la cible d'attentats de l'Etat islamique. Après ce petit exercice rédactionnel sans intérêt, j'espère bien m'octroyer quelques semaines supplémentaires de silence. Se faire tout petit et silencieux permet parfois de peser davantage sur le cours des choses qu'en se répandant en propos inutiles et hargneux sur les réseaux sociaux. Je continue donc à suivre cette ligne.

Lire la suite

Le nouveau ministère de la Vérité américain

2 Mai 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Débats chez les "résistants", #Le monde autour de nous

Le gouvernement américain vient de créer un "Conseil de gouvernance de la désinformation," véritable ministère de la Vérité au sens orwellien du terme. Il est dirigé par Nina Jankowicz que Multipolarista.com présente comme "un guerrier froid de la censure qui a travaillé pour une sous-section de la CIA supervisant les opérations de changement de régime visant la Russie et la Biélorussie (NDLT : une branche du National Endowment for Democracy), et qui diffame les médias américains anti-guerre indépendants en les taxant de « désinformation russe »".

 La vaillante députée démocrate d'Hawaï et ancienne soldate en Irak Tulsi Gabbard est montée au créneau (mais bien sûr elle sera une des rares dans l'Establishment à le faire) : "Démocrates qui dites que vous êtes contre les dictatures, écrit-elle sur Twitter, où sont vos voix pour condamner le ministère de la Vérité ? Pires encore sont les Républicains qui affirment qu'un tel conseil de propagande est nécessaire, mais qu'il devrait être dirigé par quelqu'un qui n'ait pas de biais idéologique - pas Jankowicz. Ils ont tous besoin de relire le Bill of Rights"

Lire la suite

Alerte en Transnistrie

27 Avril 2022 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Transnistrie, #Peuples d'Europe et UE, #Le monde autour de nous

Le 25 avril dernier à 17h45, des inconnus, se trouvant à l'intersection des rues Manoilova et Karl Marx, ont tiré 3 fois sur le bâtiment du ministère de la Sécurité d'État à Tiraspol avec un lance-grenades antichar. Puis dans la nuit du 26 avril, un groupe de personnes non identifiées sont entrées dans le village de Mayak, district de Grigoriopol pour y déposer des mines, deux ont explosé à proximité des antennes régionales de radio, dix ont été neutralisées par les forces de l'ordre. Le 27 (aujourd'hui) des tirs sont signalés dans la zone des entrepôts de Kolbasna principal stock d'armes (20 tonnes) de la 14e armée interarmes (russe) stationnée sur les bords du Dniestr. Les autorités transnistriennes font aussi état d'une attaque aérienne par drone contre une unité militaire à Tiraspol. Des drones en provenance d'Ukraine auraient aussi été vus au dessus de Kobalsana.

Des analystes russes estiment que les forces armées ukrainiennes qui ont perdu le plus grand entrepôt de Balakliya (région de Kharkiv/Kharkov), pourraient être tentées de vouloir compenser leurs pertes par la conquête de Kobalsana voire de la totalité de la Transnistrie, pour peu que le gouvernement moldave leur accorde son feu vert.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>