Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Soros en Espagne, Hefner et la CIA, légitimité ou folie du conspirationisme

30 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Les régimes populistes, #Peuples d'Europe et UE, #Espagne, #Les rapports hommes-femmes, #Grundlegung zur Metaphysik, #Colonialisme-impérialisme, #George Soros

 

Le mercredi 27 juin dans l'après-midi le banquier américain pro-Clinton George Soros (auteur de révolutions colorées dans différents pays, et qu'on soupçonne de financer des ONG qui récupèrent des sans-papiers en Afrique directement entre les mains des passeurs) rencontrait le premier ministre espagnol Sanchez et son ministre des affaires étrangères en secret à la Moncloa, puis il a dîné avec Javier Solana ex-secrétaire général de l'OTAN et l'ex ministre de la défense et ex leader du PS catalan Narcis Serra (l'histoire ne dit pas s'il a aussi vu Pablo Iglesias, chef de Podemos, répertorié en 2016 parmi les "europarlementaires de confiance" dans un rapport de l'organe de Soros Open Society European Policy Institute). Dans la foulée l'Espagne accepte d'accueillir des migrants dont l'Allemagne ne veut plus, au milieu du bras de fer entre l'Italie et la France sur la question migratoire. La nouvelle de la visite de ce magnat spécialiste transpire de l'organisation de krachs boursiers sur commande n'a été révélée que le vendredi suivant (hier). On ignore par quel biais. Evidemment ne comptez pas sur la grande presse pour signaler ce genre de chose. Aucun journaliste n'épluchera le système Soros de la Californie à la Chine, ni les petits jeux sur tous les fronts (climat, libération des moeurs, droit des LGBT et des minorités sexuelles, abolition des frontières) de son patron pour parvenir à un gouvernement mondial où la devise du médium adepte de Lucifer Aleister Crowley "Fais ce que tu veux" sera le credo anarchique et destructeur de tout un chacun. Vous allez dire qu'il est "complotiste" et réac ou facho d'écrire cela... Sauf que la référence à la religion de Crowley (la "Thelema") dans la pop culture est omniprésente (regardez tous les artistes, notamment parmi ceux qui ont soutenu H. Clinton en 2016, qui ont affiché à un moment ou un autre comme sur un T-Shirt ou comme titre de chanson le "Do What Thou Wilt"), et qu'il est documenté que tout ce qui est financé par Soros, principal financeur de Clinton, se réclame aussi de la philosophie de ce culte et en diffuse les principes (voyez par exemple, comme je l'évoque dans mon dernier livre, le fait que la Fondation Open Society de Soros en Macédoine a traduit le livre de Saul Alinsky « Rules for radicals » - ouvrage de réflexion sur l’organisation des luttes, daté de 1971, qui s’ouvre sur une citation de Thomas Paine à la gloire de Lucifer le « premier radical » - H. Clinton avait interviewé Alinsky dans sa jeunesse).

Ces toiles d'araignées politico-économico-religieuses existent. On peut ne peut pas ne s'intéresser qu'au combat des cheminots, à celui des infirmières, ou des agriculteurs, pour les services publics ou pour la défense de la qualité des produits consommés, sans avoir aussi en tête toute l'action déstabilisatrice à l'échelle planétaire de ces groupes qui viennent murmurer dans la pénombre à l'oreille de nos gouvernants et à l'oreille de nos médias.

Il ne faut pas craindre d'en parler, par delà le terrorisme intellectuel de ceux qui croient avoir tout dit quand ils vous ont traité de "complotiste", comme en 1999 sur la Yougoslavie ils croyaient avoir tout dit en vous traitant de "rouge-brun", ne serait-ce que pour savoir dans quel monde l'on vit, de quelle réalité on parle. Mais chacun se doit d'en parler avec discernement. Parce qu'il est très facile de verser dans le sensationnalisme et dans le délire juste pour faire peur ou se faire une publicité à peu de frais, comme je l'ai déjà signalé à propos des chemtrails et du projet Covercleaf.

Prenez le projet de contrôle mental MK Ultra par exemple, système mis en place par la CIA en 1945 avec l'aide d'anciens nazis. L'existence de ce programme est si bien attestée que même la très mainstream chaîne Arte s'est sentie obligée d'en parler. Comme ce que font nos gouvernants n'est révélé que 50 ans après, personne (sauf quelques initiés à la CIA) ne peut vraiment savoir ce qui se fait aujourd'hui, ni même d'ailleurs connaître l'ampleur de ce qui se passait il y a 60 ans. Est-ce que la CIA a mis sous contrôle mental des icônes de la pop culture comme Marilyn Monroe pour ensuite les déprogrammer ? Fait-elle de même avec des artistes actuelles (ce qui éclairerait sous un jour étrange le fait qu'autant d'entre elles de Kim Wilde à Miley Cyrus en passant par Vanessa Paradis et Madonna se  soient senties obligées dans leur carrière à rendre hommage à la "blonde d'amour") ? si oui dans quel but ? etc.

Personnellement je ne pense pas qu'il y ait des programmes intelligents si sophistiqués qu'ils puissent manipuler les gens à l'échelle qu'évoquent les complotistes. L'action de forces dans le monde spirituel sont plus efficaces que les plans rationnels des êtres de chair et d'os, donc il est vain d'aller soupçonner l'action omnisciente de sociétés secrètes qui ourdiraient des complots à chaque coin de rue.

Cependant, encore une fois, pour mieux comprendre le monde où nous vivons, toutes les questions me semblent légitimes pour tenter de cerner la part de vérité dans les actions occultes prêtées aux classes dirigeantes. Par exemple j'entendais il y a peu que Hugh Hefner, fondateur de l'empire érotique Playboy mort en septembre 2017, fournissait des esclaves sexuel à des gens influents puis adressait les cassettes à la CIA pour les tenir. La thèse va plus loin. Une certaine Laurel Aston est sortie du bois il y a cinq ans en se présentant comme une transfuge de la CIA et a expliqué que le magnat de Playboy participait au programme MK Ultra et formait des esclaves sexuelles pour les dirigeants. Le succès économique de son empire aurait été dû à cette imbrication avec l'establishment militaire américain, sans quoi sa revue serait restée un bout de papier qu'on fait circuler sous le manteau. Si c'est vrai, cela jette une lumière particulière sur l'essor de l'industrie érotique dans les années 60-70 pas seulement aux Etats-Unis mais aussi en Europe, car des sous-empires français ou allemands ont collaboré avec Playboy. On ne pourrait alors pas réfléchir à la révolution sexuelle, sans la lier, via la CIA aux atrocités commises par l'Oncle Sam au Vietnam et ailleurs dans le monde, l'une et l'autre étant les deux faces d'une même pièce.

Sauf qu'on ne sait pas trop ce que vaut le témoignage de cette Laurel Aston. Il n'y a pas de photos d'elle. Les sites qui la mentionnent renvoient à un livre "Fighting Child and Human Trafficking and Slavery" qui n'est en vente nulle part et qui peut-être n'a jamais existé, mais les complotistes sont généralement trop paresseux ou trop incohérents pour vérifier ce genre de chose. On blog qui n'a publié qu'un seul article annonçait en 2015 qu'elle était entre les mains d'un cartel de la drogue mexicain allié à la CIA et demandait de l'argent pour aider à la libérer.

Il est aisé dès lors d'en conclure que cette affaire "Laurel Aston" n'est qu'un "hoax", une blague... C'est d'ailleurs ce qu'a dit sur Facebook un certain Bill Forrest qui indique que cette Laurel Aston et son compagnon ont déjà tenté de lui soutirer de l'argent. Il s'agirait juste d'un couple de types de droite qui cherchent à s'enrichir avec les fantasmes des gens. Mais quel crédit accorder à ce Bill Forrest qui sur sa page Facebook met en avant une citation du chef cuisinier Bourdain suicidé récemment, lié à la mafia Clinton-Obama (au fait j'ai trouvé très bizarre que Le Point il y a quinze jours publie une tribune de l'écrivain Gabriel Matzneff pour réduire à des considérations psychologiques les suicides de Bourdain et de la soeur de la reine des Pays-Bas à l'heure où les réseaux sociaux interrogeaient la similarité du modus operandi et des réseaux auxquels ils renvoyaient). On ne sait pas si un type comme ça affiche Bourdain pour suggérer à quel réseau lui-même se rattache, mais on peut supposer qu'avec un imaginaire comme celui-là il est prêt à poster n'importe quoi sur le Net pour protéger l'Establishment. La vérité est que personne parmi les internautes moyens ne sait si cette Laurel Aston a existé, et a fortiori si elle a été transfuge de la CIA ni si elle est vraiment entre les mains d'un cartel mexicain. Et aucun internaute ordinaire n'a les moyens de le savoir.

Ce qu'on sait en revanche, c'est que les témoignages des transfuges comme ceux des anciennes victimes, lorsque ceux-ci montrent leur visage, ne doivent pas être négligés. C'est seulement en 2014 que le Daily Mail a bien voulu révéler les conditions du suicide (ou de l'assassinat) rituel (au dessus d'un pentagramme) en 1974 de l'ex-playmate du Playboy de novembre 1968 Paige Young après des années de manipulation mentale qui ressemble beaucoup aux méthodes du Programme MK Ultra. Le procès pour pédophilie contre l'ancien animateur du Cosby Show dont Paige Young avait été la petite amie a contribué à lever le voile. Aujourd'hui circulent sur la toile des témoignages très graves d'une ancienne esclave du MK Ultra Cathy O'Brien contre Reagan, Bush et Cheney. Ce genre de témoignage est méprisé, sauf qu'il s'est révélé déjà exact sur au moins un point : les pratiques du général Aquino, spécialiste de la guerre psychologique au Vietnam, dont il s'est révélé après coup que, disciple du sataniste Anton LaVey (qui eut une forte influence sur divers artistes américains dans les années 60), il avait fondé une secte appelée "Temple de Seth" et eu maille à partir avec la justice pour des abus rituels d'enfants dans les années 90.

Voilà en tout cas pour le moins de quoi ternir l'image "cool et sympa" que nos médias ont donnée de Hefner à sa mort... Un peu comme les scandales sexuels ont sali il y a peu le producteur de Hollywood Harvey Weinstein, ce qui permet aujourd'hui à l'acteur Benoît Poelvoorde (cette semaine dans L'Obs) de dauber sur la palme d'or accordée à Michael Moore en 2004 à Cannes par un Tarantino, président du Festival, qui était lui-même produit par Weinstein, et jette un regard rétrospectif bien différent sur la sympathie qu'on a tous eue pour Fahrenheit 9/11 et pour le personnage de Moore qui a soutenu H. Clinton en 2016.

En novembre dernier le groupe anonyme pro-Trump très controversé Q-anon encourageait ses partisans à enquêter sur les gens qui, dans la mouvance des stars et des politiciens proches des Clinton avaient  bénéficié des esclaves sexuelles d'Hefner. Pas sûr que Trump qui lui même a fait la "une" de Playboy en mars 1990 laisse trop faire... En tout cas il y ait bien possible que la maison Playboy recèle des secrets dont dépend la solidarité entre les élites américaines qui dictent leur loi au monde.

L'establishment américain est extrêmement trouble. Divers domaines des arts, de la politique et du monde de la finance se recoupent. Il est faux de prétendre qu'on peut croire tous les témoignages de transfuges douteux mais il est également inexact de penser qu'on ne peut rien savoir et que l'écran de fumée des fantasmes est décidément trop épais pour qu'on puisse avancer quoi que ce soit. Des signes sont là, qui se recoupent, des coïncidences pour le moins troublantes... Jamais peut-être le commun des mortels n'a disposé d'autant d'éléments de compréhension à ce sujet que depuis l'apparition d'Internet et les recherches par mots clés qu'il permet. Cela mérite tout de même quelques recherches de temps en temps, et quelques analyses, pour ne pas tomber dans le discours lénifiant que nos médias nous servent en permanence sur ces "gens formidables" qui dirigent l'industrie du divertissement et la politique planétaire.

Lire la suite

16 septembre 1982

28 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #Ecrire pour qui pour quoi

Je regardais tantôt cette vidéo (ci-dessous) : les informations télévisées d'Antenne2 du 16 septembre 1982. Le temps où les trois chaines de TV faisaient de vrais journaux, structurés, avec des nouvelles bien hiérarchisées commençant par l'international, et finissant par des faits divers. On y faisait de vraies phrases, on cherchait parfois des formules élégantes sans peur du ridicule. On croyait encore un peu aux mots, hors du piège des images et de l'obsession corporelle.

Ca commençait avec les troupes israéliennes à Beyrouth, ça continuait avec les funérailles de Béchir Gémayel, puis la visite de Sékou Touré en France. J'ai souri devant la scène un peu surréaliste de Sékou Touré montrant aux journalistes français un reportage sur Kim Il Sung ! Triste dictateur qui se saoulait du souvenir de son "non" à De Gaulle pour faire oublier qu'il écrasait son peuple (bien sûr je ne dis pas que la dictature de Soros, de Bolloré et de WallStreet qui l'a remplacé à la fin des années 80 en Guinée comme ailleurs valait mieux). Puis les états d'âme des parlementaires socialistes et communistes devant la politique fiscale du gouvernement, tandis que PPDA (déjà lui) donnait la parole aux entrepreneurs, évidemment. On n'était pourtant pas encore à l'heure du grand ralliement de Mitterrand à l'austérité au nom de l'européisme. Un mot de l'enterrement de Grace Kelly, un autre des assurances automobiles.

J'ai gardé un souvenir très précis de tout cela. J'avais presque 12 ans. Je venais d'entrer en 5ème au collège. Je gardais en archive chaque jour la "Une" du journal local La République des Pyrénées, et je dévorais les "Que-sais-je". J'étais de plain pied dans l'actualité de ce monde. Je voulais devenir journaliste. J'appréciais les interventions de Georges Marchais à la TV que je croyais utiles à la condition de mes deux parents ouvriers (qui pourtant n'étaient pas communistes). J'étais naïf. Je croyais que parce que j'étais premier de la classe je ferais quelque chose de beau de ma vie. Je ne voyais pas combien déjà ma vanité et mon égoïsme me vouaient à n'en rien faire du tout. Le ver était dans le fruit de mon existence, et je ne le voyais pas, comme la société de l'époque ne voyait pas qu'elle préparait le chemin à la disparition de tout un tas de choses positives que l'on croyait durables (l'intelligence, la France, la SNCF, les abeilles dans les champs, le respect de l'orthographe). On ne savait pas qu'on formait une génération de zombies qui elle même allait enfanter une série de cerveaux au QI beaucoup plus faible (voyez l'article sur la baisse du QI à cause des écrans) dans un monde de plus en plus cynique et hypocrite (je repense au type sur une radio parisienne qui disait que l'autolib à Paris doit être abandonné à cause des dégradations par les utilisateurs - ô les généreux bobos incapables de prendre soin de ce qu'on leur confie !) où la vie ne compte plus pour rien (7 milliards de gens sur terre, combien ont l'eau courante ?).

C'était il y a longtemps, oui, très longtemps. Aujourd'hui je suis presque quinquagénaire. Je n'ai pratiquement rien apporté à mon époque à part trois ou quatre livres que personne n'a lus. Je ne m'en plains pas. En quoi cela aurait-il été utile que je sois un Jérôme Guedj (avec qui j'ai cohabité à Madrid en 1994) ou un Michel Onfray ? Faire des apparitions dans les médias pour occuper du temps d'antenne, participer à un théâtre de pantins, entretenir les gens dans le mensonge et l'illusion. Mieux vaut s'abstenir. J'ai juste diffusé une ou deux infos sur des blogs que les grands médias ne voulaient pas faire entendre, posé une ou deux questions. Cela me suffit bien. Personne n'en voulait davantage de toute façon. Aujourd'hui je ne me pose plus de questions sur mon rôle comme je le faisais à 30 ou 40 ans. Je réponds au coup par coup, ponctuellement, quand des choses me sont demandées, en mon for intérieur, ou par tel ou tel de mes contemporains. Si l'on me demande un coup de main ou un avis je le donne, et si je ressens que rien de moi n'est attendu je m'abstiens, voilà tout. Un ancien collègue aujourd'hui à la retraite a pris sur lui de tenter de faire passer une recension de mon livre sur le populisme dans une revue juridique. Je lui souhaite une bonne chance. A l'heure actuelle seul Labévière a pris le risque de parler de ce bouquin sur la toile. Ca n'a aucune importance à mes yeux. J'ai pondu ce livre sans arrière pensée, aussi naturellement que je respire. Et je le livre au flot de la volonté qui me dépasse, celle d'en haut.

Tournons la page de 1982, comme celle de l'égo. De toute façon la nostalgie est un piège à cons. L'histoire est utile à la réflexion, mais il faut d'abord faire face au présent, même dans les moments où l'on a l'impression qu'on n'a rien de spécial à y faire. N'en doutons pas, quelques sollicitations reviendront, et parmi elles certaines qu'on ne souhaite pas du tout affronter. Certaines seront peut être intéressantes ou agréables. Il faudra être alors être "simple comme une colombe et méfiant comme un serpent" comme le dit l'Evangile. On verra bien...

Lire la suite

La machine de guerre américaine, la machine à trafic de migrants des ONG, la machine médiatique...

22 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #Les régimes populistes, #George Soros

Encore des nouvelles qui font frémir. Le vrai visage du monde au delà du rideau de fumée médiatique.

On apprend cette semaine que si Bush a largué 70 000  bombes dans 5 pays et Obama 100 000 dans 7 pays, Trump en un an de mandat en était déjà à 44 000 bombes. 121 par jour. Nous effaçons des vies innocentes toutes les 12 minutes à notre nom. 98 % des victimes sont collatérales (des civils innocents et d'ailleurs non identifiés). Obama a tué environ 3 000 personnes, Trump 6 000 déjà. Personne n'en parle. Le budget militaire américain (700 milliards de dollars) équivaut à dix fois celui de la Russie et Trump en prime vient d'annoncer sa volonté de se lancer à la conquête militaire de la Lune, avec une force de l'espace sui generis. Trump est totalement entre les mains des néo-conservateurs et de la clique de Kissinger. Je pense que ce n'est même pas son lien avec Kushner qui est en cause. C'est sa dépendance à l'égard du principe de guerre permanente qui gouverne les USA depuis 20 ans. Le vrai visage mortifère des Etats-Unis.

Il y a la machine à tuer, et la machine à importer des faux réfugiés, qui est en fait une machine à faire du trafic d'êtres humains en lien avec les passeurs, en toute impunité (et même avec les félicitations des organes européens et des médias). La fondation Gefira (Global Analysis from the European Perspective ) a enregistré pendant 2 mois les mouvements des bateaux des ONG. Ces ONG, agents de l’invasion migratoire, vont chercher les migrants au plus près des côtes libyennes. Les trafiquants d'êtres humains contactent à l'avance la garde côtière italienne pour recevoir du soutien et récupérer leur cargaison douteuse. Les organisations concernées sont MOAS, Jugend Rettet, Stichting Bootvluchting, Médecins Sans Frontières, Save the Children, Proactiva Open Arms, Sea-Watch.org, Sea-Eye et Life Boat. Beaucoup sont clientes de Soros. Bien sûr l'intox est si bien huilée qu'on vous dira, si vous dénoncez cela, que vous êtes complotiste, raciste et rattaché à la "fachosphère". Toutes ces insultes totalitaires à la con proférées par des écervelés à la solde du système, alors qu'il y a 30 ou 40 ans aucun parti de gauche ou de droite n'aurait accepté ce genre d'opération déstabilisatrice de grande ampleur contre nos pays. L'Italie tente de résister. Le pourra-t-elle ? Quand on pense que Soros a publiquement menacé la Grande Bretagne d'un crash boursier si elle ne rentrait pas dans le rang. Que peut Rome si même Londres est prise en otage ?

Evidemment en France notre petit fondé de pouvoir de Rothschild continue de se pavaner. Je vois toujours Macron à l'honneur de la BBC et de CNN, surtout quand il montre les crocs contre les "populismes". Pas sûr cependant qu'il arrive à sauver à lui seul le Titanic européen. Wall Street va bientôt devoir se trouver d'autres marionnettes.

Ecoeuré, je tourne le dos de plus en plus aux grands médias. Je ne regarde guère la télévision, et, au cours des dernières années j'ai refusé un certain nombre d'invitations dans des studios de grandes radios nationales à propos de mes travaux de sociologue. Je ne sais pas de quoi je dois me féliciter le plus, si c'est d'avoir ainsi échappé à une interview d'une ancienne esclave sexuelle reconvertie dans les conseils et analyses sexologiques (un peu comme Anna Nicole Smith) ou à celle d'une présentatrice de TV "tendance" qui vante la mode du tatouage, montre ses seins devant les caméras, invite Conchita Wurtz et se fait filmer dans une culotte qui imite le style de l'occultiste Beyonce. On étouffe dans cette ambiance de décadence et de mauvais goût hissée sur des montagnes de cadavres et de souffrances humaines.

Lire la suite

Le Solstice, La Bajon sur les députés micro-macroniens

21 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #La gauche

Aujourd'hui est un jour de solstice. Vous savez que dans un livre de témoignage l'an dernier j'ai parlé des médiums, de leurs rituels qui ont des effets réels. Et dans mon ouvrage sur le populisme j'ai attiré votre attention sur les mobilisations de sorciers anti-Trump aux Etats-Unis. Ceux qui sont de mon avis seront donc vigilants à l'égard des pratiques de sorcellerie, conscientes, actives et les pratiques plus "passives", inconscientes, auxquelles les médias nous convient pour ce soir : les feux de joie, les orchestres, les chants, n'oubliez pas que tout cela participe de rituels néo-païens dont certains savent très bien orienter les énergies, et pas pour le bien de l'humanité. "A Call for an Uprising" attire l'attention de ses 50 000 abonnés là dessus aujourd'hui. Je l'approuve.

Allez, dans un registre plus léger les railleries de La Banon contre les députés microniens qui écrasent notre assemblée nationale de leur nullité cynique.

Lire la suite

L'affaire Clinton, le rapport de l'inspecteur général Michael Horowitz et les remarques de Q anon sur Obama

17 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les Stazinis, #Les régimes populistes, #Donald Trump

Publication le 13 juin d'un rapport de l'inspecteur général (IG) du ministère de la Justice américain  Michael Horowitz intitulé "A Review of Various Actions by the Federal Bureau of Investigation and Department of Justice in Advance of the 2016 Election Oversight",qui révèle non seulement que certains agents du FBI voulaient qu'Hillary Clinton soit le prochain président, et mais aussi que cela a dicté les résultats de leurs enquêtes.

Cependant certains détails du rapport intriguent davantage encore. A propos d'octobre 2016 au moment où les enquêtes sur les mails de Huma Abedin, l'ex-chef de cabinet d'H. Clinton et de son mari Anthony Weiner poursuivi pour agression sexuelle sur mineure, obligeaient à rouvrir le dossier des courriels de la candidate démocrate à la présidente, le rapport en p. 294 révèle ceci : Randall Coleman, l'ancien directeur adjoint de la division du contre-espionnage (Counterintelligence Division) " "nous a dit qu'il prenait régulièrement des notes dans un journal. Les notes de Coleman du 4 octobre contenaient l'entrée suivante:
(1) Anthony Wiener [sic]
(2) [Sans rapport]
(3) Wiener [sic] - texting  à une fille de 15 ans - Sexuellement explicite
9/26 - Federal SW - IPhone / IPAD / Ordinateur portable
Analyse initiale de l'ordinateur portable - milliers d'emails
Hillary Clinton & Fondation
Crime contre les enfants
Nous avons interrogé Coleman à propos de ces notes et il nous a dit que vu qu'elles figurent dans son cahier, les notes représenteraient très probablement des informations qu'il a reçues en premier le matin par ses subordonnés à la Division des enquêtes criminelles. Coleman a déclaré qu'il pourrait avoir transmis cette information à d'autres cadres du FBI après le briefing du matin avec le directeur, mais il ne pouvait pas se souvenir si ça s'est produit en l'occurrence."

 

La formulation est ambigue s'agit-il de crimes de Wiener ou de ceux de la Fondation Clinton ? En tout cas la question de l'inactivité du sommet de la hiérarchie du FBI sur la question du trafic d'enfants est posée dans cette page.

Sur You TUbe SpaceShot76  rapporte que Q anon (le groupe anonyme de proches de Trump toujours bien informé) de son côté continue d'attirer l'attention d'Obama et promet d'autres révélations. Selon lui Obama et beaucoup de hauts responsables communiquaient entre eux à travers une seule boîte mail en enregistrant un brouillon jamais envoyé que chacun des détenteurs des clés du compte pouvait lire et modifier. En des termes un peu cryptés mais transparents, ils braquent aussi les projecteurs sur les Frères musulmans (auxquels étaient liés Huma Abedin). Par ailleurs Qanon avait interrogé en avril le déplacement d'Eric Schmidt patron de Google en Corée du Nord et se demandait s'il n'y avait pas monté un système informatique clandestin (éventuellement utilisable par Obama). Au delà des mails disparus d'H. Clinton, c'est tout le système de communication privé du sommet de l'administration Obama que Q anon invite les partisans de Trump à questionner en ce moment.

Lire la suite

Quelques remarques sur l'idéologie du brassage mondial

16 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Débats chez les "résistants", #Peuples d'Europe et UE

Vous savez que je ne suis pas partisan des replis sur soi frileux. J'ai souvent oeuvré pour la solidarité internationale au niveau politique comme humanitaire. Cependant quand on voit le travail de sabotage systématique des souverainetés nationales par Soros et ses clients il y a de quoi être indigné. L'affaire de l'Aquarius a été l'occasion pour l'Italie de rappeler que les associations stipendiées par le milliardaire, donc celle qui a repêché les réfugiés en mer sont en liens direct avec les passeurs et se font, de la sorte, les complices du trafic humain. Voilà qui devrait faire réfléchir les rêveurs partisans d'un monde sans frontière. L'Enfer est pavé de bonnes intentions et l'angélisme sur la question de la porosité de notre frontière méditerranéenne ne prépare rien de bon à notre continent.

Cela vaut aussi pour les grands médias et pour les politiciens centristes qui, pour ne pas encourager le racisme, poussent trop loin le déni de la réalité. La manoeuvre de la présidente de séance Claudia Roth du Bundestag allemand le 8 juin pour empêcher un député allemand de la droite radicale de marquer une minute de silence en hommage à Susanna Feldmann, une Allemande de confession juive de 14 ans violée et tuée le 22 mai à Wiesbaden par un réfugié irakien est de ce point de vue particulièrement immorale et contreproductive si le but de cette écologiste écervelée est effectivement de lutter contre le racisme en Europe, car son attitude ne fera que l'attiser. Bien sûr personne n'aurait toléré que la droite anti-immigrationniste perturbe une minute de silence pour la mort d'un réfugié comme Mme Roth et la gauche de l'hémicycle l'ont fait ce jour-là.

"Le Bundestag est un lieu de débat, mais pas l'instrumentalisation politique des victime" a déclaré Carsten Schneider député SPD d'Erfurt. Soit, mais alors il ne faudrait pas à l'inverse non plus que nos médias instrumentalisent en permanence la souffrance des réfugiés. Le mépris pour l'aspiration légitime des ressortissants nationaux à la conservation de l'identité de leur pays, au respect de leurs lois et à l'expression des problèmes que leur cause leur situation est en tout point illégitime.

Et il ne peut pas se justifier par un idéal au demeurant parfaitement absurde de brassage forcé qu'on nous sert un peu partout dans le conditionnement culturel ambiant. Je suis moi-même binational et pourtant je ne vois pas au nom de quoi l'abolition des frontières et le brassage généralisé devrait être la norme. Il s'agit simplement d'une folie, lancée par des groupes de pression qui rêvent d'un gouvernement mondial. Ce programme mortifère peut servir le projet totalitaire d'une petite élite, mais l'humanité a tout à perdre dans l'uniformité qui immanquablement en résulterait.

Lire la suite

Assad sur RT France, Soros et l'Aquarius, désinformation d'Amnesty sur le Nicaragua

16 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Colonialisme-impérialisme, #Peuples d'Europe et UE, #Les régimes populistes, #George Soros

J'écoutais hier une interview d'Assad sur Russia Today (RT France). Je l'ai trouvé convaincant dans sa démonstration sur la soi-disant utilisation des armes chimiques à la Goutha (pourquoi le gouvernement syrien l'aurait-il fait alors que la bataille était gagnée dans cette zone et alors qu'il doit réconcilier les populations ?). Convaincant aussi sur ses efforts "inclusifs" pour le dialogue national dans les zones reconquises (même si probablement ce n'est pas forcément bien appliqué par ses subalternes, et notamment par les milices qui ont aidé l'armée syrienne dans les opérations militaires). Il a sans doute aussi raison sur le fait qu'Israël surestime la présence iranienne dans son pays à des fins de propagande (les dernières frappes ont tué des soldats syriens, pas israéliens). Il a été prudent sur la défense anti-aérienne syrienne qu'il juge "meilleure qu'auparavant" grâce à l'aide russe (on avait signalé sur ce blog que Moscou lui refusait les livraisons de S 400 qu'il accorde à l'Inde ou au Qatar). En réalité la défense anti-aérienne syrienne est assez mauvaise en raison des craintes russes face au lobby israélien. Assad a indiqué qu'au début de la "guerre civile", les djihadistes ont d'abord saboté la DCA ce qui prouverait qu'ils étaient payés par l'étranger. Vrai ou faux ? On aimerait consulter les éléments de preuve. Si des journalistes aimaient la vérité pour elle même ils demanderaient à enquêter sur place à ce sujet. Intéressante aussi sa thèse selon laquelle la dernière attaque de tomahawks américains au printemps dernier aurait été d'ampleur limitée uniquement parce que les Russes ont menacé de bombarder les bases de lancement occidentales. Pour ma part j'avais plutôt cru aux réticences de Trump à se laisser trop diriger par Kushner.

Sur l'affaire de l'Aquarius (629 migrants recueillis par SOS Méditerranée refoulés par l'Italie et Malte) la communauté de Valence en Espagne va leur accorder 495 euros par mois. Comme le note le jeune conservateur Paul Joseph Watson à ce tarif on comprend qu'ils ne se soient pas arrêtés en Tunisie, qui est pourtant un pays sûr pour eux... L'association "SOS Mediterranée" qui a recueilli les "migrants" est clairement fichée parmi les clients de Soros, ce qui lui valait mille bénédictions des instances européennes elles aussi infiltrées par le banquier (voir cet article). Nous avions fait un bref rappel sur l'action de Soros sur les migrants en Italie dans notre dernier livre. Marcon-Bilderberg peut toujours jouer les donneurs de leçons après ça.

Au Nicaragua Camilo Mejia , ancien objecteur de conscience américain pendant la guerre d'Irak de 2003, d'origine nicaraguayenne, dénonce le dernier rapport d'Amnesty international sur la répression du vandalisme par le gouvernement intitulée "Stratégie Nicaragua pour réprimer la manifestation" dans une lettre ouverte à une de ses enquétrices Donatella Rovera

"Le récit opérant (que reprend Amesty), approuvé par l'opposition locale et les médias d'entreprise occidentaux, est le suivant: Que le président Ortega voulait réduire de 5 pour cent des paiements mensuels aux retraités, et augmenter les contributions des employés et des employeurs au système de sécurité sociale .

 Les réformes ont provoqué des manifestations, auxquelles le gouvernement a répondu par un acte génocidaire contre des manifestants pacifiques, tuant plus de 60 personnes, principalement des étudiants.

 Un jour ou deux après cela, le gouvernement nicaraguayen devait attendre la tombée de la nuit pour envoyer sa force de police décimer la population nicaraguayenne, nuit après nuit et ville par ville, détruisant ainsi ses propres bâtiments gouvernementaux et assassiner sa propre police, jusqu'à ce que son attaque meurtrière culmine avec un massacre le Jour des mères, et continue de la même façon.

Bien que ce récit ne soit pas uniformément formulé de cette manière par tous les acteurs antigouvernementaux, les éléments unificateurs sont que le gouvernement est auteur, et que le président et le vice-président doivent partir.

Les déclarations d'Amnesty International reposent principalement sur des témoignages d'individus et de victimes antigouvernementaux, ou sur des informations manipulées et infondées, publiées par des médias d'opposition et d'innombrables organisations non gouvernementales (ONG), financées par les États-Unis, société civile.

Les trois principales organisations médiatiques citées dans le rapport: Confidential, 100% Noticias, et La Prensa, sont les ennemis du gouvernement d'Ortega; presque tous les médias d'opposition, ainsi que les principales ONG citées dans le rapport, reçoivent également un financement des États-Unis par l'intermédiaire d'organisations telles que le National Democratic Institute (NDI) et le National endowment for democracy, (NED, pour son acronyme en anglais), qui a été décrit par le membre du Congrès américain à la retraite, Ron Paul, comme:

« ... une organisation qui utilise nos impôts pour subvertir la démocratie, arrosant avec ses fonds des partis ou mouvements politiques qu'elle favorise à l'étranger. Elle contribue aux " révolutions de couleur" qui sont plus proches des écrits de Lénine sur la façon de voler le pouvoir que des authentiques mouvements démocratiques autochtones. "

Le rapport d'Amnesty International se fonde en grande partie sur une couverture de 100% Noticias, une chaîne de télévision qui a transmis des matériaux manipulés et incendiaires pour générer la haine contre le gouvernement du Nicaragua, y compris des images de manifestants 'pacifiques', sans se rendre compte qu'ils avaient des pistolets, des fusils et tiraient sur des membres de la police nationale à l'occasion d'incidents qui étaient signalés par la chaîne comme des actes de répression policière lors des marches de l'opposition. Le Jour des mères, 100% Noticias a rapporté une fusillade présumée contre des manifestants non armés par les tireurs d'élite de la police, y compris un incident dans lequel un jeune aurait eu le crâne broyé. La chaîne a corroboré le rapport avec une photographie que Mme Rovera qualifierait d'«incident ... survenu à d'autres occasions, à d'autres endroits. La photo incluse dans le reportage fut rapidement comparée dans les réseaux sociaux avec des liens d'articles anciens  en ligne qui avaient déjà utilisé ces images.

L'une des sources citées (note n ° 77) pour justifier le refus allégué de prise en charge médicale les hôpitaux publics des patients blessés dans des manifestations d'opposition - l'un des principaux répétées et réaffirmé par Amnesty accusations internationales - est une conférence de presse diffusée par presse, dans laquelle le chirurgien chef dément le fait qu'il avait été licencié et le fait que les responsables de l'hôpital aient refusé de prendr en charge les manifestants au début du conflit. « Je le répète, » peut-on l'entendre dire: « ce que j'ai reçu comme chef de chirurgie : [l'ordre]: assister, je serai clair, s'occuper de toute la population qui vient, sans enquêter absolument sur quoi que ce soit ". En d'autres termes, l'une des sources d'Amnesty International contredit l'une des principales allégations de son rapport.

Les exemples susmentionnés de preuves manipulées et fabriquées, pour reprendre les mots du chercheur d'Amnesty International, ne représentent qu'un petit échantillon, mais reflètent l'essence du mode de changement de régime parrainé par les Etats Unis. Le rapport est alimenté par des déclarations de personnes d'un côté du conflit et se fonde sur des preuves profondément corrompues; il contribue finalement à créer le mirage d'un état génocidaire, générant à son tour plus de sentiments contre le gouvernement, localement et à l'étranger, et ouvre la voie à encore plus d' intervention étrangère, avec de plus en plus d'agressivité.

Un récit différent :

Les réformes initiales de la sécurité sociale n'ont pas été proposées par le gouvernement sandiniste, mais par le Fonds monétaire international (FMI), et ont reçu le soutien du COSEP (patronnat). Ils ont notamment relevé l'âge de la retraite de 60 à 65 ans et doublé le nombre de cotisations nécessaires pour obtenir la pension, de 750 à 1500. Parmi les retraités touchés, environ 53 000 sont les familles des combattants décédés dans le conflit armé, tant du côté de l'armée sandiniste, comme du côté de la « contra », l'armée de mercenaires payée par le gouvernement américain dans les années quatre-vingt, à peu près au moment ouù le NED fut créé, en partie pour arrêter la propagation du sandinisme en Amérique latine

Le gouvernement nicaraguayen s'est opposé aux réformes du FMI, rejetant la suspension des prestations à certains retraités, et proposant à la place une réduction de 5% de tous les paiements de retraite, une augmentation de toutes les cotisations de sécurité sociale, et une réforme fiscale qui élimine un plafond fiscal qui protège les salaires les plus élevés au Nicaragua. Le secteur du patronnat s'est mis en colère et, avec les organisations non gouvernementales, et a organisé les premières marches en utilisant le prétexte des réformes de la même manière manipulatrice que le rapport d'Amnesty International l'explique: "... la réforme a augmenté les cotisations de sécurité sociale de Employeurs et employés et une contribution supplémentaire de 5% aux retraités ".

Selon la version des faits de l'opposition, reprise et validée par Amnesty International, les manifestants sont pacifiques et le gouvernement génocidaire et irrationnel s'est engagé à commettre des atrocités à la vue de tous. Pendant ce temps, le nombre de morts parmi les sympathisants et les policiers sandinistes continue d'augmenter. Le rapport dit que la recherche balistique indique que les tirs sur les opposants proviennent probablement de francs tireurs bien entrainés, ce qui suggère l'implication du gouvernement, mais ne mentionne pas que la plupart des victimes sont des Sandinistes, des citoyens ordinaires et des agents de police. Il ne mentionne pas non plus que des manifestants «pacifiques» ont incendié et détruit plus de 60 bâtiments publics, y compris de nombreux hôtels de ville, des maisons sandinistes, des marchés, des ateliers d'artisanat, des stations de radio et plus encore; il ne mentionne pas non plus que les manifestants ont établi des «barricades» ou des barrages routiers, comme tactique pour affaiblir l'économie et ainsi renverser le gouvernement. Ces «barrages» sont devenus des endroits extrêmement dangereux où meurtres, vols, enlèvements et viols d'au moins une fille se sont produits; Une jeune femme enceinte dont l'ambulance a été retenue dans une écluse est décédée le 17 mai. Tous ces crimes sont quotidiens et bien documentés, mais ils ne sont pas inclus dans le rapport d'Amnesty International.

Il est vrai que l'organisation a raison de critiquer la réaction méprisante du gouvernement aux protestations initiales, car cette réaction n'a pas été tout à fait inexacte. Selon le rapport, le vice-président a déclaré Murillo, entre autres, que « ... ils [les manifestants] ont inventé des accidents mortels (...) dans le cadre d'une stratégie contre le gouvernement ». Mais ce que ne dit Amnesty est que plusieurs des étudiants ont rapporté morts étaient en fait vraiment en vie, un d'eux en Espagne. D'autres n'avaient pas été tués lors de manifestations, et n'étaient ni des étudiants ou des militants, parmi eux un est mort d'une balle perdue, et un autre  d'une crise cardiaque dans son lit.

Le rapport d'Amnesty International oublie également que de nombreux étudiants ont abandonné le mouvement, affirmant qu'il y a des criminels enracinés dans les universités et dans différentes bandes, qui ne cherchent qu'à déstabiliser le pays. Ces criminels ont créé un état de peur constante dans la population, imposant des «taxes» à ceux qui veulent circuler, persécutant ceux qui refusent d'être arrêtés, kidnappant, battant, torturant et mettant le feu à leurs voitures. Une pratique devenue courante consiste à dépouiller leurs victimes, à peindre leurs corps publiquement avec le drapeau bleu et blanc du Nicaragua, puis à les relâcher et à les inciter à courir quelques instants avant de leur tirer dessus avec des mortiers. Toutes ces informations, qui ne font pas partie du rapport,

Pourquoi le Nicaragua?

L'histoire la plus basique de l'histoire entre le Nicaragua et les États-Unis montre une rivalité claire. Depuis le milieu du XIXe siècle, le Nicaragua a résisté à l'ingérence américaine dans les affaires du pays, la résistance a continué au cours du XXe siècle, d'abord avec la lutte du général Augusto C. Sandino au cours des décennies 20 et 30, et puis avec les sandinistes organisés dans le Frente Sandinista de Liberación Nacional (FSLN), qui en 1979 a renversé la dictature de la famille Somoza, qui avait été soutenu par les Etats-Unis depuis plus de 40 ans. Le FSLN, malgré le pouvoir gagné par la lutte armée, organisé des élections peu de temps après sa victoire en 1984, perdant plus tard dans les urnes contre une coalition des partis politiques de droite en 1990, également soutenue par le gouvernement américain.

En plus des liens étroits entre le Nicaragua et le Venezuela, Cuba, la Russie et surtout la Chine, avec qui le pays a signé un contrat pour construire un canal, l'autre principale raison pour laquelle les Etats-Unis poursuit sa campagne anti sandiniste est un modèle économique réussi du gouvernement du Nicaragua, qui représente une menace existentielle à l'ordre économique néolibéral imposé par les États-Unis et ses alliés.

Bien qu'étant toujours parmi les pays les plus pauvres dans les Amériques et dans le monde, le Nicaragua a réalisé depuis qu'Ortega est revenu au pouvoir en 2007, réduction de la pauvreté par les trois quarts. Avant les manifestations en Avril, l'économie du pays a maintenu une croissance économique soutenue d'environ 5% depuis plusieurs années, et a été la troisième économie la plus forte croissance en Amérique latine, et le pays a été l'un des pays les plus sûrs au région.

Les améliorations des infrastructures du gouvernement ont facilité le commerce entre les citoyens les plus pauvres du Nicaragua; l'accès universel à l'enseignement primaire, secondaire et universitaire a été créé; il y a des terres, des logements, des programmes de nutrition et bien plus encore. Le système de santé, bien que modeste, est non seulement excellent, mais accessible à tous. Environ 90% de la nourriture consommée par les Nicaraguayens sont produites au Nicaragua, et environ 70% des emplois ne viennent pas de grandes entreprises, mais l'économie populaire, y compris les petits investisseurs des États-Unis et en Europe, qui Ils ont déménagé dans le pays pour devenir une force motrice derrière l'industrie du tourisme.

L'audace du succès, de donner une vie digne à ses citoyens les plus pauvres, d'être un exemple de souveraineté pour des nations plus riches et plus puissantes, tout cela est en contradiction directe avec le modèle néolibéral et l'accent mis sur la privatisation et l'austérité, Une fois de plus, le Nicaragua a été visé par l'intervention américaine. Imaginez l'exemple pour les autres nations - pour leurs économies étranglées par les politiques néolibérales - de prendre conscience que l'un des pays les plus pauvres de la planète peut nourrir sa population et son économie se développer sans avoir à lancer ses citoyens les plus pauvres sous la botte de fer du capitalisme. Les États-Unis ne toléreront jamais un exemple aussi dangereux.

Pour finir

Le gouvernement nicaraguayen a des lacunes et des contradictions sur lesquelles il doit travailler, comme tous les gouvernements, et en tant que sandiniste, j'aimerais que le parti soit transformé de diverses manières importantes, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Cependant, je me suis abstenu d'écrire sur ces insuffisances et contradictions, car les protestations violentes et le chaos dont nous avons été témoins ne sont pas le résultat des faiblesses du gouvernement nicaraguayen, mais plutôt de ses nombreux succès; cette vérité inconfortable est la raison pour laquelle les Etats-Unis et leurs alliés, y compris Amnesty International, ont choisi de "créer des environnements hautement politisés et polarisés (...) [et] de parcourir des distances extraordinaires pour aller manipuler ou fabriquer des" preuves "pour consommation interne et externe. "

A un moment où l'Organisation des États américains, les Nations Unies et le Vatican ont pris note des réformes pacifiques et constitutionnelles comme la seule issue du conflit, Amnesty International a continué d'implorer la communauté internationale de ne pas « abandonner le peuple du Nicaragua " Une posture aussi biaisée, obscurément gonflée par des informations manipulées, déformées et unilatérales, a encore aggravé la terrible situation au Nicaragua. La perte de vies du Nicaragua, y compris le sang des personnes ignorées par Amnesty International, a été utilisé pour fabriquer des « preuves » utilisées dans le rapport de l'organisation, et rend le complice l'organisation de toute future intervention étrangère qui pourrait venir à tomber sur le peuple nicaraguayen. Maintenant il est dans les mains de l'organisation de corriger son mal et de le faire d'une manière qui reflète avant tout un engagement fort pour la vérité, quelle qu'elle soit, et pour la neutralité, la paix, la démocratie, et toujours la souveraineté de toutes les nations du monde.

Sincèrement,

Camilo E. Mejia"

 

Lire la suite

Bataille de Hodeidat au Yémen

15 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Proche-Orient, #Revue de presse

Les médias occidentaux dans la main de l'industrie d'armement et des banques versent des larmes de crocodiles sur la catastrophe humanitaire que risquent de provoquer les opérations militaires autour du port d'Hodeidat au Yémen,par où passent 90 % des importations du pays. Nos journaux ne disent pas que selon les médias chiites les troupes émiraties (principalement des mercenaires : des Africains en provenance de la base émiratie en Erythrée) piétinent et se font prendre en embuscade face à une résistance nationale déterminée.

Al Manar dit aussi que la France de Mr Micron (dont les forces spéciales sont sur le terrain comme en Syrie au service de l'Oncle Sam et des voyous saoudiens) a pris en charge l’approvisionnement des appareils de déminage afin d’empêcher l’arrêt des opérations, alors que Trump plus méfiant à l'idée que les Emiratis puissent perdre la bataille avait refusé de livrer ces équipements. Info ou intox ? Y a t il un député volontaire pour poser la question à l'Assemblée nationale ? (pas les députés macroniens bien sûr, ceux qui musèlent les non-inscrits et toute forme d'opposition).

Selon des spécialistes militaires cités par "The Intercept", les Emiratis ont profité du ralliement des milices de feu l'ex-président Saleh et du soutien affiché de Washington pour lancer l'offensive en plein sommet entre Trump et Kim Jong Un. Mais, vu le jeûne du Ramadan et le manque de motivation des mercenaires, aucune victoire militaire décisive ne peut être gagnée sur le port, et cette opération servira surtout à peser sur les négociations ultérieures. En revanche les civils, comme toujours, paieront le prix forts. On s'attend à ce que 350 000 déplacés de plus s'ajoutent aux 3 millions déjà recensés, un centre de traitement du choléra de Médecins sans frontières a été bombardé, et les privations alimentaires occasionnées par l'arrêt des activités portuaires va relancer les épidémies.50 000 enfants en bas âge sont morts l'an dernier de malnutrition en plus des 5 par jour qui meurent du fait des combats. Tout cela pour le petit plaisir de Riyad et des cercles anti-iraniens de Tel-Aviv et de Washington.

Lire la suite

Des qualités et des défauts de certaines spéculations sur le système mondial

14 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Lectures, #Grundlegung zur Metaphysik, #Débats chez les "résistants"

Les types qui spéculent sur la Commission trilatérale, Bilderberg, ou le Council on foreign Relation touchent du doigt des réalités très importantes de ce monde, des réalités que les grands médias méprisent et sur lesquelles il est très difficile d'enquêter mais qui existent et qui comptent. Je veux dire par là qu'on ne peut pas considérer qu'il relève du pur hasard le fait que Bill Clinton, Tony Blair ou Emmanuel Macron aient été invités par le Groupe de Bilderberg seulement trois ou quatre ans avant d'arriver au pouvoir. On soupçonne un rapport de cause à effet très clair entre les deux événements, même si personne ne peut faire l'historique précis des choses qui le démontrerait.

Et on a raison de soupçonner aussi qu'il y a des logiques de sociétés secrètes derrière tout ça, parce qu'on sait que ça a toujours existé et il n'y a pas de raison que ça ne se perpétue pas. Et ces sociétés ont leurs logiques qui transcendent les clivages partisans qui deviennent secondaires par rapport à cela.

On apprend beaucoup de choses chaque jour sur tout cela, et des dossiers bien fichus existent sur le Net. Le problème, c'est que les gens qui ont la patience de les monter sont souvent des "demi-habiles" comme disait Pascal, pas très habitués à la précision, pas très capables de hiérarchiser les arguments. Tantôt je lisais The Biggest secret (1999) de David Icke, disponible en PDF sur le Net. Dommage qu'il y ait à boire et à manger là dedans. De très belles démonstrations sur le détail de l'assassinat de JF Kennedy et de la mort de Diana Spencer et ce qui fait penser dans ces histoires à des crimes rituels. A côté de cela les récits sont gâchés par des erreurs factuelles vérifiables sur des petites choses qui étaient pourtant faciles à corriger - par exemple quand l'auteur dit que Pythéas était phocéen alors qu'il était massiliote - et des hypothèses gratuites à l'échelle cosmique sur des changements d'ère planétaires ou la présence des "reptiliens" sur la Terre... C'est souvent comme ça : d'intéressantes recherches gâchées par des délires faciles. Je lisais aussi une historienne qui lançait des hypothèses intéressantes sur les raisons pour lesquelles le Da Vinci Code aura été tant soutenu dans les années 2000 par les médias planétaires, comme The Matrix, ou La Passion de Mel Gibson (le propos était sur les mérovingiens, les templiers etc, et les profits que les cercles autour de Rothschild et Rockefeller, ceux-là même qui nous imposent une oligarchie bancaire planétaire, trouvent à nous ancrer dans la tête des fils narratifs de ce type), mais là encore le propos était souvent gâché par un style lourd, et des références qui mêlent réalités historiques factuelles et mystifications gratuites du XIXe siècle. La tentation de jeter le bébé avec l'eau du bain est toujours grande dans ces cas là.

Ces gens marqueraient plus de points avec plus de rigueur et d'humilité. C'est la ligne que j'essaie de tenir. Je ne me presse pas d'écrire sur ce que je lis de peur d'écrire des sottises. J'accumule, et je tente de digérer mes découvertes.

Certains diraient peut-être qu'il vaut mieux oublier ce rôle des "élites", des sociétés secrètes etc. Juste étudier l'économie, la démographie, l'évolution des forces productives. Je crois de moins en moins en ce point de vue marxisant. Les forces spirituelles déterminent les rapports matériels et non l'inverse. Et ces forces influencent nos chefs politiques à travers tous ces cercles fermés où l'on ne se contente pas de dialoguer rationnellement mais où l'on pratique aussi de l'invocation, de l'incantation, du rituel - il y a des témoignages là dessus de pas mal de transfuges dont on ne peut pas révoquer si facilement que cela en doute les récits. Je trouve qu'en soi les fuites de mail de Wikileaks en provenance de l'ordinateur d'H. Clinton en disaient déjà beaucoup, même si cela n'allait pas jusqu'aux couches les plus profondes de l'iceberg. Cela mérite qu'on passe du temps à se renseigner un peu sur tout cela, car le matériau disponible existe. Il faut juste apprendre à trier.

Lire la suite

Le marché du vendredi

12 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Béarn, #La Révolution des Montagnes

Dans quelle région est-on ? Essayez de deviner. Car il y a un indice...

Lire la suite

Du G7 à l'affaire Bourdain : l'Italie à l'honneur

8 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Cinéma, #Peuples d'Europe et UE, #Les régimes populistes, #Les Stazinis, #George Soros, #Barack Obama

On parle beaucoup de l'Italie en ce moment. Au G7 Trump au Canada entame le bras de fer avec l'Europe sur les tarifs douaniers. Il arrive aussi avec l'idée de réintégrer la Russie dans la groupe (ce qui peut vouloir dire valider l'annexion de la Crimée). Pour cela il courtise le nouveau premier ministre populiste italien dont il a dit du bien sur les réseaux (Merkel aussi courtise Rome en félicitant Conte pour l'action de son pays en Libye). Macron fait face à Trump en réunissant les trois pays européens qui refusent la réintégration de la Russie. Conte qui s'était pourtant engagé devant le Sénat italien dans la semaine à assouplir la politique de son pays à l'égard de Moscou s'aligne sur la position européenne. Mr Micron joue les gros bras en disant que le G7 peut bien se passer des Etats-Unis. La perspective d'une déclaration commune coule et Trump annonce qu'il avance son départ pour rencontrer Kim Jong-Un à Singapour.

Fin de l'acte 1. On ne sait pas vraiment si Trump a cru qu'intégrer Poutine dans le G7 l'aiderait à peser face aux Européens (si c'est le cas, ça signifierait que la fissure au sein du bloc atlantiste est vraiment très profonde, et ça pourrait avoir une influence sur le maintien des relations euro-iraniennes - Bruxelles vient de demander à être partiellement exemptées de sanctions) et peut-être face à son propre "Deep State" (Etat profond : la CIA, le FBI, le Département d'Etat, le Pentagone, les médias, les universités) qui refuse la normalisation avec les Russes (McCain et quelques représentants républicains l'ont vertement rappelé sur Twitter). Tout comme on ne sait pas ce que signifie la présence du représentant du pape pro-cubain (mais soutenu par Soros) et de la très pro-russe premier ministre serbe Mme Brnabic au sommet du groupe de Bilderberg à Turin cette semaine (il faudra que je reparle des harcèlements antiserbes qui reprennent au Kosovo, le président serbe a souligné le risque que Pristina envahisse l'entité autonome du Nord).

En tout cas les populistes italiens (qui justement étaient au menu de Bilderberg) déçoivent déjà. Ils reculent devant Macron, et ils se ridiculisent dans une sombre histoire d'avions: ayant fait campagne comme beaucoup de démagogues en France sur le thème que les ministres devraient voyager sur des lignes aériennes ordinaires, leur délégation découvre qu'elle ne pouvait se rendre au G7 autrement qu'avec des avions spéciaux (sans doute notamment pour des raisons de sécurité). Je ne serais pas étonné qu'ils finissent comme Syriza en Grèce.

L'Italie fait aussi parler d'elle à travers l'actrice Asia Argento, dont le compagnon est le chef cuisinier Anthony Bourdain vient de se suicider en Alsace à 61 ans. Elle avait fait parler d'elle notamment en accusant de viol le cinéaste hollywoodien Harvey Weinstein.Trois heures avant le décès de son amant Bourdain Asia Argento a posté sur son compte Instagram une image d'elle portant le T-Shirt "F-- Everyone" avec le sous-titre "vous savez qui vous êtes", qu'elle a ensuite supprimée. Est-ce que cela signifiait qu'elle savait quelque chose d'inavouable ?

Sur Internet des gens remarquent que le suicide de Bourdain fait suite à celui de la créatrice de sacs à main (en forme de chouettes...) Kate Spade à New York (une dame qui parlait beaucoup de pizzas sur les réseaux sociaux, comme l'a fait remarquer la journaliste aguerrie Liz Crokin) et à celui d' Inés Zorreguieta soeur de la reine Maxima des Pays-Bas (dont la famille fut active dans la fondation du célèbre club des élites mondialistes Bilderberg en 1954) en Argentine à l'âge de 33 ans. Tous des suicides par pendaison.

Les commentaires vont bon train. On remarque qu'Asia Argento est la fille de Dario Argento connu pour avoir réalisé des films d'horreur sataniques comme Suspiria en 1977. Souvent ceux qui font des films d'horreur à connotation occultiste sont souvent des pratiquants, ce qui laisse entendre qu'Asia Argento aurait pu avoir un passé agité (pour ne pas dire plus) bien avant de rencontrer Weinstein contrairement à ce qu'elle déclare dans Envoyé spécial ci dessous ce qui expliquerait son goût pour les films "borderline" (par exemple dans un film de 2004, elle jouait le rôle d'une mère prostituée aux côtés d'un autre sataniste connu Marilyn Manson). " "Sorcières, préparez les plus forts sortilèges de protection que vous ayez pour notre soeur Asia Argento aujourd'hui. Je vous en prie soulevez là avec tout votre amour et la lumière que votre pouvoir de canalisation est capable de jeter" a tweeté à propos du décès de son compagnon Bourdain  Amber Tamblyn, contributrice du New-York Times (“Witches: please prepare the strongest protection spell you have for our sister Asia Argento today. Please lift her up with all the love and light your conjuring is capable of casting. #AnthonyBourdain.") Tout un programme (en harmonie avec les posts d'Argento qui par exemple en 2013 promouvait sur son compte le grimoire rosicrucien Magia Rossa - Magie rouge - et se qualifiait elle-même de "sorcière rouge").

Quant au chef cuisinier, qui se vantait de manger du coeur de cobra vivant, il avait fait une émission étrange filmée au Vietnam (où il allait souvent) en mai 2016 et diffusée en septembre 2016, avec le président Obama qui s'y était fendu d'une déclaration bizarre sur le fait qu'il ne faut pas mettre de ketchup sur les hot dogs quand on a plus de 8 ans. Quand on sait que le décryptage des mails de Podesta et Obama fuités dans Wikileaks à propos du Pizzagate indique que Hot dog pourrait vouloir dire "petit garçon" dans leurs rituels sexuels (les connexions troubles d'Obama sur ce thème ont été rappelées par QAnon récemment),il y a de quoi s'inquiéter.

Tout ce petit monde avait eu une prise de bec dans l'affaire Weinstein en octobre 2017 : Bourdain s'était indigné de la prise de position d'H. Clinton à ce sujet. Et, chose peut-être plus grave, le 6 mai, un mois avant son suicide le chef cuisinier twittait : "il y a une symétrie nauséeuse : à la fois Trump et Weinstein ont utilisé AMI (l'enquêteur) et Black Cube (le service d'espionnage privé israélien) pour leur sale boulot." Est-ce une référence au fait que Weinstein avait eu recours à d'ex agents du Mossad pour suivre les actrices comme l'avait avancé Ronan Farrow dans The New Yorker du 6 novembre dernier ("Harvey Weinstein's army of spies") ? Selon l'article de Farrow, en décembre 2016, Weinstein avait demandé à Asia Argento de pouvoir la rencontrer avec ses enquêteurs israéliens, et Bourdain lui avait conseillé de ne pas y aller. Tout cela est étrange.

Bourdain ne ratait jamais une occasion de dénoncer les crimes de Kissinger (qui à 95 ans était à la réunion de Bilderberg cette semaine) en Asie du Sud-Est. Et Trump s'était rapproché de Kissinger pendant sa campagne électorale. Alors qui pouvait vouloir la peau de Bourdain ? quel gang ? celui de Clinton ? celui de Weinstein ? celui de Kissinger ? Tous les paris sont lancés sur le Net.

Et au fait, pourquoi Trump utilise-t-il Black Cube pour enquêter sur les conditions de négociation de l'accord d'Obama avec l'Iran ? Une idée de Kushner pour contourner la CIA ? Les services israéliens ont démenti avoir travaillé pour Trump. On n'aura sans doute jamais le dernier mot de ces sombres histoires.

Pardon pour le côté très lapidaire et dense de ce billet (qui va sans doute convaincre d'autres lecteurs de se désabonner), mais je ne suis pas un blogueur professionnel. Il s'agit d'une simple prise de notes cursive et rapide, que je soumets aux internautes par devoir civique (ou "citoyen"). Je ne peux pas tout détailler, tout sous-titrer. Si vous avez un peu de temps n'hésitez pas à explorer par vous mêmes les pistes de lecture et de réflexion que je ne fais ici qu'esquisser pour mieux comprendre le monde où nous vivons.

ps : le 14 juin un ajout de "A call for an uprising" - le 3 mai 2013 Argento avait publié "Thank you Lord fr Satan XOX sur son compte Instagram. Un site en mai 2013 écrivait sans rire à propos des tatouages d'Argento "May 2013, Asia Argento got this tattoo on her left forearm of the Patriarchal cross (☨) and “Firmeza” — a Portuguese word meaning firmness or stability.  It represents her steadfast belief in Christ. Both the cross and the writing are upside down so that they face inwards towards her when she looks at them." Le 6 juillet on lisait sur l'Instagram d'Argento "Mamma red witch reunits with teenage red witch annhunny3 h happy day"

En 2007 elle avait joué dans un film de son père "Mother of tears" (la Terza madre) le rôle d'une étudiante en art transformée en sorcière.

Rose Mc Gowan leader du MeToo a pris la défense d'Argento. Rose McGowan avait écrit sur son compte Instagram du 16 octobre 2017"I'm a witch. And I will hunt wrongdoers. In Hollywood, in government, in business. Stop hurting us or there will be consequences". Rose Mc Gowan a joué la sorcière dans Conan le Barbare et dans Charmed. Elle a été la petite amie de Marilyn Manson de 1997 à 2000.

Lire la suite

Le vandalisme de l'extrême droite nicaraguayenne

4 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Colonialisme-impérialisme, #Christianisme

La violence ne faiblit pas au Nicaragua malgré les efforts de dialogue du gouvernement. Les groupes d'extrême droite ont incendié le 3 juin après l'avoir pillé  l'Institut Central Dr Carlos Vega Bolaños la ville de Masaya, établissement d'éducation secondaire gratuit dans lequel les pouvoirs publics sandinistes avaient lourdement investi et qui accueille plus de  3 500 élèves. La veille selon le journaliste nicaraguayen Alberto Mora à la chaine Venezolana de Television, dans la ville de Leon à l'ouest du pays  l'Institut national technologique a été saccagé. Du mobilier urbain a été détruit à Managua. Les dégâts se chiffreraient à 300 millions de dollars. 50 dollars par habitant ou 300 dollars par famille. Dans un pays très pauvre cela compte... Les routes sont bloquées ce qui paralyse l'activité économique. Des policiers ont été tués à Masaya et à Managua.

Dans un acte de prière pour les mères nicaraguayennes qui ont perdu leurs enfants pendant la guerre des contrats financée par Reagan dans les années 80, le président Ortega déclarait le 30 mai dernier : "Malheureusement, nous vivons des moments dans lesquels la haine, la haine est en train de sortir ses griffes; la haine, le diable sort ses griffes quand nous avions un pays en paix. (...) Dieu, le Christ nous le dit clairement, avec sa pratique, avec sa prédication. Il ne peut y avoir et il ne doit pas y avoir de guerres!" En 2011 il avait fait campagne pour un Nicaragua "plus chrétien, plus socialiste et plus solidaire".

Lire la suite

Les pressions continuent pour l'inculpation d'H. Clinton

4 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Les régimes populistes, #Les Stazinis, #Grundlegung zur Metaphysik, #Christianisme, #Donald Trump

L'intoxication de nos médias est telle que nous avons du mal à imaginer combien a suscité d'indignation, dans certains secteurs de l'opinion publique américaine, le niveau de corruption morale et économique qui affecte la mouvance démocrate Clinton-Obama. Il ne s'agit pas seulement de la collusion clintonienne avec l'Arabie Saoudite ou avec Soros, mais aussi de l'affaire des mails à connotation pédophile et des messages codés sur la pizza (le pizzagate, révélé par les mails de Wikileaks) dont j'ai parlé dans mon livre "Les régimes populistes contre le mondialisme". Les très graves crimes dont on soupçonne Obama, Hillary Clinton, et son directeur de campagne John Podesta (adepte du spiritisme et de la recherche des extraterrestres), justifient que beaucoup de chrétiens de droite aux Etats-Unis ne comprennent pas (c'est un euphémisme) que Donald Trump n'ait pas engagé, au minimum, des poursuites judiciaires contre Clinton sur la disparition de ses mails professionnels, ses mensonges sous serment devant la commission d'enquête du Congrès et ses manipulations du FBI, comme il s'y était engagé pendant la campagne. Certains soupçonnent que la montée en puissance de sa fille Ivanka Trump (qui comme Podesta s'affiche avec des occultistes notoires) et son mari Jared Kushner (grand ami de Netanyahou), par l'entremise des Rothschild, ait scellé un modus vivendi entre les deux camps.

J'ai déjà cité récemment l'action d'un mystérieux groupe anonyme Qanon qu'on dit lié à la CIA et au gnosticisme, pour pousser Trump à agir davantage contre l'étrange système tentaculaire des Clinton. Ils ne sont pas les seuls à passer à l'action en lieu et place du président. Cette semaine, on apprenait par exemple qu'il existe depuis 2017 un groupe qui s'appelle "Anciens combattants pour le secours aux enfants" (Veterans for Child Rescue - Vets4childrescue) qui est spécialisé dans l'action contre le trafic d'enfants. Ce groupe n'est pas spécifiquement organisé pour enquêter sur le Pizzagate des démocrates, mais il participe de la volonté de la société civile américaine de ne pas accepter passivement que la police se face la complice de la volonté des puissants d'exploiter les enfants.Le 3 juin ils ont découvert dans l'Arizona, à Tucson, un camp où venaient d'avoir lieu des cérémonies rituelles sur des enfants. Selon un tweet de la nuit dernière, ils sont intervenus malgré le refus de la police de coopérer et on organisé une occupation citoyenne du lieu. Ils ont trouvé des préservatifs, des jouets d'enfants et des tombes. Le terrain appartient à une compagnie de construction appartenant au groupe Bronfan-Rothschild. Au même moment quatre personnes sont tuées en Arizona dont un psychiatre de la médecine médico-légale.

Ca ne bouge pas que chez les Anciens combattants. Vendredi l'animateur de TV Sean Hannity a déclaré que 28 agents du FBI qui ont eu à connaître de l'affaire des mails supprimés d'H. Clinton sont prêts à témoigner contre leurs chefs qui ont tenté d'étouffer le scandale. Selon The Hill, les Républicains de la chambre des représentants interrogeront début juin trois témoins :  Bill Priestap, directeur adjoint de la division de contre-espionnage du FBI, Michael Steinbach, l'ancien chef de la division de la sécurité nationale du FBI, et John Giacalone qui a précédé Steinbach en tant que haut responsable de la sécurité nationale du bureau et supervisé les sept premiers mois de l'enquête Clinton.

A suivre...

Lire la suite

Deux fronts de combat : le ferroviaire et l'alimentaire

3 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche, #Débats chez les "résistants", #Peuples d'Europe et UE

Quelle que soit l'issue du conflit à la SNCF, la mobilisation des cheminots n'aura pas été vaine. Au Sénat la semaine dernière ils ont obtenu que le actifs de la société nationale ne puissent pas être cédés (autrement dit que le gouvernement bloque toute possibilité de privatisation), et des avantages en termes de reclassement pour les personnels transférés. Les élus communistes le 29 mai avaient arboré des tenues de travailleurs du rail pour l'occasion. D'autres stratégies se mettent en place pour juin.

Au lieu de s'énerver bêtement contre les grèves comme ils le font en s'alignant sur les médias, les Français devraient être vent debout contre le mouvement général de privatisation du système ferroviaire national  dans lequel s'inscrit la réforme des statuts.  Le groupe Vinci dont le résultat net a augmenté de 15 % en 2017 (et qui truste notre eau, nos aéroports, nos autoroutes, nos parkings urbains etc) va se goinfrer sur les péages sur Bordeaux-Tours que Sarko en son temps lui a accordés en échange de ses investissements sur la ligne. Bientôt ce sera le cas sur bien d'autres lignes et les usagers paieront la facture.

Autre front de combat : l'alimentation. Ecoutez Ruffin sur l'agriculture. Bel hommage aux travailleurs victimes du système agro-alimentaire mondialisé. Une belle dénonciation aussi de l'inutilité des états généraux de l'alimentation et des 35 000 heures de blabla qu'ils ont mobilisées... pour rien, pour un projet de loi qu'auraient pu écrire trois experts. Les macroniens rothschildiens refusent toujours d'introduire des prix planchers. Ils n'optent que pour des prix indicatifs pour consacrer le règne des marchés, si jalousement défendu par la commission européenne que les bobos aiment tant (cette même commission qui veut nous faire privatiser nos trains). Une critique aussi au passage du libre-échangisme. Mais pas étonnant que ça ne fasse pas ciller les députés de la majorité au service du club Bilderberg (voyez cet article du JDD du 2 décembre dernier - pas de la presse complotiste - qui raconta comment Mr  Micron, quand il était secrétaire général de l'Elysée en 2014, alla donner des gages à ce club avant la chute de Montebourg). Ne baissons pas les bras...

Lire la suite

Le PS en passe de gouverner l'Espagne, Soros à la manoeuvre en Angleterre, le faux assassinat en Ukraine, le Nicaragua

1 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Espagne, #Peuples d'Europe et UE, #Colonialisme-impérialisme, #Les régimes populistes, #George Soros

La politique est pleine d'imprévus. En Italie la coalition "Cinq Etoiles-Ligue nord" arrive au pouvoir avec un commissaire allemand à la commission européenne qui explique sans ménagement que "les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter". En Espagne le PS va se trouver en position de gouverner avec assez peu de députés, simplement parce que Rajoy s'est discrédité dans les affaires de corruption. Ce n'est pas une très bonne affaire pour se parti. Il se trouve otage des nationalistes chrétiens-démocrates basques qui le soutiennent (le PNV - la Vanguardia de Barcelone titrait ce matin "le PNV le fait toujours mieux"), ce qui l'oblige à appliquer le budget de Rajoy que le PNV avait voté l'an dernier (pas bon l'image d'un parti de gauche d'appliquer une politique de droite), et le contraindra peut-être à des compromis peu glorieux avec les excités sécessionnistes catalans (mais il est vrai qu'il faut bien mettre de l'huile dans les rouages, car une moitié de la Catalogne est devenue allergique à tout ce qui vient de Madrid).

D'un référendum l'autre. J'avais fait remarquer dans mon livre sur le populisme que Soros s'était positionné pour la légalisation de l'avortement en Irlande. Le 7 septembre 2010, George Soros il avait annoncé donner 100 millions de dollars à Human Right Watch (HRW), au moment moment diffusait un document à charge  contre le gouvernement irlandais qui refusait de légaliser l’avortement. Le rapport de cause à effet a sauté aux yeux de beaucoup. Le mois dernier Soros a gagné son référendum pour l'avortement en Irlande (l'immonde Le Monde a versé des larmes de joie à la une). Et voilà que Soros s'active pour faire organiser un nouveau en Angleterre en vue d'annuler celui qui a abouti au Brexit...

"M. Soros aurait donné environ 500 000 £ à Best for Britain, créée l'année dernière par la militante anti-Brexit Gina Miller", explique The Independent du 30 mai, "Le groupe devrait publier son manifeste de campagne le 8 juin, appelant à un deuxième référendum."

Parlant à Paris, l'homme de 87 ans a déclaré: "Le Brexit est un processus extrêmement dommageable, nuisible aux deux côtés."

"Le divorce sera un processus long, qui prendra probablement plus de cinq ans. Cinq ans est une éternité en politique, surtout dans les temps révolutionnaires comme le présent."

"M. Soros a déclaré qu'il craignait que l'UE ne se dirige vers une autre crise financière majeure déclenchée par l'austérité et les partis politiques populistes qui cherchent à faire éclater le bloc." ajoute le journal. Les prophéties de Soros en matière de crise financières sont en général des menaces puisque c'est lui même qui les organise : souvenez vous du krash des banques d'Asie du Sud Est dans les années 1990 !

Pas étonnant que Farage, leader de Ukip ait demandé naguère aux eurodéputés de se dénoncer s'ils avaient des financements de l'Open Society

Il faudrait dire un mot aussi de cet assassinat de journaliste russe inventée de toute pièce par le gouvernement ukrainien. Ce pays se couvre de ridicule, et même notre grande presse paraît cette fois gênée aux entournures.

Je suspends mon jugement en ce qui concerne le Nicaragua. Je comprends que les USA aient intérêt à un "regime change" (l'envoyée de Trump à l'université des Amériques ne l'a pas caché), et je suis conscient des programmes d'aide aux pauvres auxquels ont oeuvré les sandinistes. Mais la dérive autoritaire d'Ortega (personnalisation du pouvoir, népotisme, business bizarre avec les Russes et la Chine) ne fait pas de doute, comme celle de Maduro récemment réélu à des élections boycottées par la droite, et je ne sais que penser de l'accusation d'emploi de paramilitaires dans les manifs qui circulent dans la presse. Si les lecteurs ont des éléments là dessus, je suis preneur.

Lire la suite
1 2 > >>