Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Soros en Espagne, Hefner et la CIA, légitimité ou folie du conspirationisme

30 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants", #Les régimes populistes, #Peuples d'Europe et UE, #Espagne, #Les rapports hommes-femmes, #Grundlegung zur Metaphysik, #Colonialisme-impérialisme, #George Soros

 

Le mercredi 27 juin dans l'après-midi le banquier américain pro-Clinton George Soros (auteur de révolutions colorées dans différents pays, et qu'on soupçonne de financer des ONG qui récupèrent des sans-papiers en Afrique directement entre les mains des passeurs) rencontrait le premier ministre espagnol Sanchez et son ministre des affaires étrangères en secret à la Moncloa, puis il a dîné avec Javier Solana ex-secrétaire général de l'OTAN et l'ex ministre de la défense et ex leader du PS catalan Narcis Serra (l'histoire ne dit pas s'il a aussi vu Pablo Iglesias, chef de Podemos, répertorié en 2016 parmi les "europarlementaires de confiance" dans un rapport de l'organe de Soros Open Society European Policy Institute). Dans la foulée l'Espagne accepte d'accueillir des migrants dont l'Allemagne ne veut plus, au milieu du bras de fer entre l'Italie et la France sur la question migratoire. La nouvelle de la visite de ce magnat spécialiste transpire de l'organisation de krachs boursiers sur commande n'a été révélée que le vendredi suivant (hier). On ignore par quel biais. Evidemment ne comptez pas sur la grande presse pour signaler ce genre de chose. Aucun journaliste n'épluchera le système Soros de la Californie à la Chine, ni les petits jeux sur tous les fronts (climat, libération des moeurs, droit des LGBT et des minorités sexuelles, abolition des frontières) de son patron pour parvenir à un gouvernement mondial où la devise du médium adepte de Lucifer Aleister Crowley "Fais ce que tu veux" sera le credo anarchique et destructeur de tout un chacun. Vous allez dire qu'il est "complotiste" et réac ou facho d'écrire cela... Sauf que la référence à la religion de Crowley (la "Thelema") dans la pop culture est omniprésente (regardez tous les artistes, notamment parmi ceux qui ont soutenu H. Clinton en 2016, qui ont affiché à un moment ou un autre comme sur un T-Shirt ou comme titre de chanson le "Do What Thou Wilt"), et qu'il est documenté que tout ce qui est financé par Soros, principal financeur de Clinton, se réclame aussi de la philosophie de ce culte et en diffuse les principes (voyez par exemple, comme je l'évoque dans mon dernier livre, le fait que la Fondation Open Society de Soros en Macédoine a traduit le livre de Saul Alinsky « Rules for radicals » - ouvrage de réflexion sur l’organisation des luttes, daté de 1971, qui s’ouvre sur une citation de Thomas Paine à la gloire de Lucifer le « premier radical » - H. Clinton avait interviewé Alinsky dans sa jeunesse).

Ces toiles d'araignées politico-économico-religieuses existent. On peut ne peut pas ne s'intéresser qu'au combat des cheminots, à celui des infirmières, ou des agriculteurs, pour les services publics ou pour la défense de la qualité des produits consommés, sans avoir aussi en tête toute l'action déstabilisatrice à l'échelle planétaire de ces groupes qui viennent murmurer dans la pénombre à l'oreille de nos gouvernants et à l'oreille de nos médias.

Il ne faut pas craindre d'en parler, par delà le terrorisme intellectuel de ceux qui croient avoir tout dit quand ils vous ont traité de "complotiste", comme en 1999 sur la Yougoslavie ils croyaient avoir tout dit en vous traitant de "rouge-brun", ne serait-ce que pour savoir dans quel monde l'on vit, de quelle réalité on parle. Mais chacun se doit d'en parler avec discernement. Parce qu'il est très facile de verser dans le sensationnalisme et dans le délire juste pour faire peur ou se faire une publicité à peu de frais, comme je l'ai déjà signalé à propos des chemtrails et du projet Covercleaf.

Prenez le projet de contrôle mental MK Ultra par exemple, système mis en place par la CIA en 1945 avec l'aide d'anciens nazis. L'existence de ce programme est si bien attestée que même la très mainstream chaîne Arte s'est sentie obligée d'en parler. Comme ce que font nos gouvernants n'est révélé que 50 ans après, personne (sauf quelques initiés à la CIA) ne peut vraiment savoir ce qui se fait aujourd'hui, ni même d'ailleurs connaître l'ampleur de ce qui se passait il y a 60 ans. Est-ce que la CIA a mis sous contrôle mental des icônes de la pop culture comme Marilyn Monroe pour ensuite les déprogrammer ? Fait-elle de même avec des artistes actuelles (ce qui éclairerait sous un jour étrange le fait qu'autant d'entre elles de Kim Wilde à Miley Cyrus en passant par Vanessa Paradis et Madonna se  soient senties obligées dans leur carrière à rendre hommage à la "blonde d'amour") ? si oui dans quel but ? etc.

Personnellement je ne pense pas qu'il y ait des programmes intelligents si sophistiqués qu'ils puissent manipuler les gens à l'échelle qu'évoquent les complotistes. L'action de forces dans le monde spirituel sont plus efficaces que les plans rationnels des êtres de chair et d'os, donc il est vain d'aller soupçonner l'action omnisciente de sociétés secrètes qui ourdiraient des complots à chaque coin de rue.

Cependant, encore une fois, pour mieux comprendre le monde où nous vivons, toutes les questions me semblent légitimes pour tenter de cerner la part de vérité dans les actions occultes prêtées aux classes dirigeantes. Par exemple j'entendais il y a peu que Hugh Hefner, fondateur de l'empire érotique Playboy mort en septembre 2017, fournissait des esclaves sexuel à des gens influents puis adressait les cassettes à la CIA pour les tenir. La thèse va plus loin. Une certaine Laurel Aston est sortie du bois il y a cinq ans en se présentant comme une transfuge de la CIA et a expliqué que le magnat de Playboy participait au programme MK Ultra et formait des esclaves sexuelles pour les dirigeants. Le succès économique de son empire aurait été dû à cette imbrication avec l'establishment militaire américain, sans quoi sa revue serait restée un bout de papier qu'on fait circuler sous le manteau. Si c'est vrai, cela jette une lumière particulière sur l'essor de l'industrie érotique dans les années 60-70 pas seulement aux Etats-Unis mais aussi en Europe, car des sous-empires français ou allemands ont collaboré avec Playboy. On ne pourrait alors pas réfléchir à la révolution sexuelle, sans la lier, via la CIA aux atrocités commises par l'Oncle Sam au Vietnam et ailleurs dans le monde, l'une et l'autre étant les deux faces d'une même pièce.

Sauf qu'on ne sait pas trop ce que vaut le témoignage de cette Laurel Aston. Il n'y a pas de photos d'elle. Les sites qui la mentionnent renvoient à un livre "Fighting Child and Human Trafficking and Slavery" qui n'est en vente nulle part et qui peut-être n'a jamais existé, mais les complotistes sont généralement trop paresseux ou trop incohérents pour vérifier ce genre de chose. On blog qui n'a publié qu'un seul article annonçait en 2015 qu'elle était entre les mains d'un cartel de la drogue mexicain allié à la CIA et demandait de l'argent pour aider à la libérer.

Il est aisé dès lors d'en conclure que cette affaire "Laurel Aston" n'est qu'un "hoax", une blague... C'est d'ailleurs ce qu'a dit sur Facebook un certain Bill Forrest qui indique que cette Laurel Aston et son compagnon ont déjà tenté de lui soutirer de l'argent. Il s'agirait juste d'un couple de types de droite qui cherchent à s'enrichir avec les fantasmes des gens. Mais quel crédit accorder à ce Bill Forrest qui sur sa page Facebook met en avant une citation du chef cuisinier Bourdain suicidé récemment, lié à la mafia Clinton-Obama (au fait j'ai trouvé très bizarre que Le Point il y a quinze jours publie une tribune de l'écrivain Gabriel Matzneff pour réduire à des considérations psychologiques les suicides de Bourdain et de la soeur de la reine des Pays-Bas à l'heure où les réseaux sociaux interrogeaient la similarité du modus operandi et des réseaux auxquels ils renvoyaient). On ne sait pas si un type comme ça affiche Bourdain pour suggérer à quel réseau lui-même se rattache, mais on peut supposer qu'avec un imaginaire comme celui-là il est prêt à poster n'importe quoi sur le Net pour protéger l'Establishment. La vérité est que personne parmi les internautes moyens ne sait si cette Laurel Aston a existé, et a fortiori si elle a été transfuge de la CIA ni si elle est vraiment entre les mains d'un cartel mexicain. Et aucun internaute ordinaire n'a les moyens de le savoir.

Ce qu'on sait en revanche, c'est que les témoignages des transfuges comme ceux des anciennes victimes, lorsque ceux-ci montrent leur visage, ne doivent pas être négligés. C'est seulement en 2014 que le Daily Mail a bien voulu révéler les conditions du suicide (ou de l'assassinat) rituel (au dessus d'un pentagramme) en 1974 de l'ex-playmate du Playboy de novembre 1968 Paige Young après des années de manipulation mentale qui ressemble beaucoup aux méthodes du Programme MK Ultra. Le procès pour pédophilie contre l'ancien animateur du Cosby Show dont Paige Young avait été la petite amie a contribué à lever le voile. Aujourd'hui circulent sur la toile des témoignages très graves d'une ancienne esclave du MK Ultra Cathy O'Brien contre Reagan, Bush et Cheney. Ce genre de témoignage est méprisé, sauf qu'il s'est révélé déjà exact sur au moins un point : les pratiques du général Aquino, spécialiste de la guerre psychologique au Vietnam, dont il s'est révélé après coup que, disciple du sataniste Anton LaVey (qui eut une forte influence sur divers artistes américains dans les années 60), il avait fondé une secte appelée "Temple de Seth" et eu maille à partir avec la justice pour des abus rituels d'enfants dans les années 90.

Voilà en tout cas pour le moins de quoi ternir l'image "cool et sympa" que nos médias ont donnée de Hefner à sa mort... Un peu comme les scandales sexuels ont sali il y a peu le producteur de Hollywood Harvey Weinstein, ce qui permet aujourd'hui à l'acteur Benoît Poelvoorde (cette semaine dans L'Obs) de dauber sur la palme d'or accordée à Michael Moore en 2004 à Cannes par un Tarantino, président du Festival, qui était lui-même produit par Weinstein, et jette un regard rétrospectif bien différent sur la sympathie qu'on a tous eue pour Fahrenheit 9/11 et pour le personnage de Moore qui a soutenu H. Clinton en 2016.

En novembre dernier le groupe anonyme pro-Trump très controversé Q-anon encourageait ses partisans à enquêter sur les gens qui, dans la mouvance des stars et des politiciens proches des Clinton avaient  bénéficié des esclaves sexuelles d'Hefner. Pas sûr que Trump qui lui même a fait la "une" de Playboy en mars 1990 laisse trop faire... En tout cas il y ait bien possible que la maison Playboy recèle des secrets dont dépend la solidarité entre les élites américaines qui dictent leur loi au monde.

L'establishment américain est extrêmement trouble. Divers domaines des arts, de la politique et du monde de la finance se recoupent. Il est faux de prétendre qu'on peut croire tous les témoignages de transfuges douteux mais il est également inexact de penser qu'on ne peut rien savoir et que l'écran de fumée des fantasmes est décidément trop épais pour qu'on puisse avancer quoi que ce soit. Des signes sont là, qui se recoupent, des coïncidences pour le moins troublantes... Jamais peut-être le commun des mortels n'a disposé d'autant d'éléments de compréhension à ce sujet que depuis l'apparition d'Internet et les recherches par mots clés qu'il permet. Cela mérite tout de même quelques recherches de temps en temps, et quelques analyses, pour ne pas tomber dans le discours lénifiant que nos médias nous servent en permanence sur ces "gens formidables" qui dirigent l'industrie du divertissement et la politique planétaire.

Lire la suite

16 septembre 1982

28 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Souvenirs d'enfance et de jeunesse, #Ecrire pour qui pour quoi

Je regardais tantôt cette vidéo (ci-dessous) : les informations télévisées d'Antenne2 du 16 septembre 1982. Le temps où les trois chaines de TV faisaient de vrais journaux, structurés, avec des nouvelles bien hiérarchisées commençant par l'international, et finissant par des faits divers. On y faisait de vraies phrases, on cherchait parfois des formules élégantes sans peur du ridicule. On croyait encore un peu aux mots, hors du piège des images et de l'obsession corporelle.

Ca commençait avec les troupes israéliennes à Beyrouth, ça continuait avec les funérailles de Béchir Gémayel, puis la visite de Sékou Touré en France. J'ai souri devant la scène un peu surréaliste de Sékou Touré montrant aux journalistes français un reportage sur Kim Il Sung ! Triste dictateur qui se saoulait du souvenir de son "non" à De Gaulle pour faire oublier qu'il écrasait son peuple (bien sûr je ne dis pas que la dictature de Soros, de Bolloré et de WallStreet qui l'a remplacé à la fin des années 80 en Guinée comme ailleurs valait mieux). Puis les états d'âme des parlementaires socialistes et communistes devant la politique fiscale du gouvernement, tandis que PPDA (déjà lui) donnait la parole aux entrepreneurs, évidemment. On n'était pourtant pas encore à l'heure du grand ralliement de Mitterrand à l'austérité au nom de l'européisme. Un mot de l'enterrement de Grace Kelly, un autre des assurances automobiles.

J'ai gardé un souvenir très précis de tout cela. J'avais presque 12 ans. Je venais d'entrer en 5ème au collège. Je gardais en archive chaque jour la "Une" du journal local La République des Pyrénées, et je dévorais les "Que-sais-je". J'étais de plain pied dans l'actualité de ce monde. Je voulais devenir journaliste. J'appréciais les interventions de Georges Marchais à la TV que je croyais utiles à la condition de mes deux parents ouvriers (qui pourtant n'étaient pas communistes). J'étais naïf. Je croyais que parce que j'étais premier de la classe je ferais quelque chose de beau de ma vie. Je ne voyais pas combien déjà ma vanité et mon égoïsme me vouaient à n'en rien faire du tout. Le ver était dans le fruit de mon existence, et je ne le voyais pas, comme la société de l'époque ne voyait pas qu'elle préparait le chemin à la disparition de tout un tas de choses positives que l'on croyait durables (l'intelligence, la France, la SNCF, les abeilles dans les champs, le respect de l'orthographe). On ne savait pas qu'on formait une génération de zombies qui elle même allait enfanter une série de cerveaux au QI beaucoup plus faible (voyez l'article sur la baisse du QI à cause des écrans) dans un monde de plus en plus cynique et hypocrite (je repense au type sur une radio parisienne qui disait que l'autolib à Paris doit être abandonné à cause des dégradations par les utilisateurs - ô les généreux bobos incapables de prendre soin de ce qu'on leur confie !) où la vie ne compte plus pour rien (7 milliards de gens sur terre, combien ont l'eau courante ?).

C'était il y a longtemps, oui, très longtemps. Aujourd'hui je suis presque quinquagénaire. Je n'ai pratiquement rien apporté à mon époque à part trois ou quatre livres que personne n'a lus. Je ne m'en plains pas. En quoi cela aurait-il été utile que je sois un Jérôme Guedj (avec qui j'ai cohabité à Madrid en 1994) ou un Michel Onfray ? Faire des apparitions dans les médias pour occuper du temps d'antenne, participer à un théâtre de pantins, entretenir les gens dans le mensonge et l'illusion. Mieux vaut s'abstenir. J'ai juste diffusé une ou deux infos sur des blogs que les grands médias ne voulaient pas faire entendre, posé une ou deux questions. Cela me suffit bien. Personne n'en voulait davantage de toute façon. Aujourd'hui je ne me pose plus de questions sur mon rôle comme je le faisais à 30 ou 40 ans. Je réponds au coup par coup, ponctuellement, quand des choses me sont demandées, en mon for intérieur, ou par tel ou tel de mes contemporains. Si l'on me demande un coup de main ou un avis je le donne, et si je ressens que rien de moi n'est attendu je m'abstiens, voilà tout. Un ancien collègue aujourd'hui à la retraite a pris sur lui de tenter de faire passer une recension de mon livre sur le populisme dans une revue juridique. Je lui souhaite une bonne chance. A l'heure actuelle seul Labévière a pris le risque de parler de ce bouquin sur la toile. Ca n'a aucune importance à mes yeux. J'ai pondu ce livre sans arrière pensée, aussi naturellement que je respire. Et je le livre au flot de la volonté qui me dépasse, celle d'en haut.

Tournons la page de 1982, comme celle de l'égo. De toute façon la nostalgie est un piège à cons. L'histoire est utile à la réflexion, mais il faut d'abord faire face au présent, même dans les moments où l'on a l'impression qu'on n'a rien de spécial à y faire. N'en doutons pas, quelques sollicitations reviendront, et parmi elles certaines qu'on ne souhaite pas du tout affronter. Certaines seront peut être intéressantes ou agréables. Il faudra être alors être "simple comme une colombe et méfiant comme un serpent" comme le dit l'Evangile. On verra bien...

Lire la suite

"Auction of souls", "L'Arménie martyre" (1919)

1 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Cinéma, #Abkhazie, #1910 à 1935 - Auteurs et personnalités, #Christianisme

Il est une image qu'on trouve parfois sur des profils de militants chrétiens sur des réseaux sociaux, celle ci-dessous.

Elle est en fait extraite d'un film américain "Auction of souls" (ou "Ravished Armenia"), diffusé en France sous le titre "L'Arménie martyre". Une petite recherche sur Gallica nous en dit un peu plus sur ce film.

Par exemple la Revue Comoedia du 7 décembre 1919 :

Jeudi prochain 11 décembre, à la Salle Gaveau, sera projeté au profit des orphelins de l'Arménie un film qui constitue une noble — et douloureuse — propagande.

Mme la duchesse de Rohan patronne l'œuvre et le film sur lequel on nous donne les renseignements suivants:

Ce drame a déjà été donné sous le titre d'Auction of Souls (Ames vendues aux enchères) en Amérique, et à Londres, et a produit partout une profonde impression ; le martyre de l'Arménie y est représenté de la façon la plus émouvante.

Ce film a été établi d'après les témoignages publiés par lord Bryce et M. Henry Morgenthau, et notamment d'après les souvenirs personnels d'une Jeune Arménienne, Aurora Mardiganian, qui, après avoir fait l'infernal voyage des déportations, enlevée par les Turcs et enfermée dans un harem, a réussi à s'échapper et à se rendre en Amérique. Mlle Aurora Mardiganian est d'ailleurs l'héroïne du film. ALADIN.

La même revue un peu plus tôt 30 oct 1919 regrettait que la diffusion du film ait été interdite au moins jeunes mineurs dans l'Ontario. Paris aimait depuis longtemps, dans le domaine du spectacle, se poser en antithèse des Etats-Unis "puritains".

Sans surprise on notera que la Revue royaliste l'Action française 8 décembre 1919 en p. 4 synthétisait toutes les critiques positives de la presse anglaise à propos de ce film :

"Appréciations dans la presse anglaise, sur le film "L'Arménie martyre", qui sera donné jeudi 11 décembre à huit heures et demie du soir à la salle Gaveau

Bioscope - "ce film est le plus remarquable qui ait jamais été édité en Amérique"
Evening Standard - "Toute femme anglaise devrait se faire un devoir d'assister à la représentation d'Auction of Souls".
Evening News - "La production cinématographique la plus étonnante sous tous rapports que j'aie jamais vue."
Kinematograph Weekly - "Il n'a jamais été présenté sur l'écran de ce pays un film plus puissant,plus convaincant et plus poignant. Cette production est d'une technique et d'une habileté insurpassables"
B. Blais Esq. - "Je ne puis qu'exprimer un désir : c'est que ce film soit vu par chaque homme et chaque femme du monde civilisé"

Je ne sais pas trop si dans les cours d'histoire du cinéma aujourd'hui on parle beaucoup de ce film. La même année sortait à Paris "J'accuse" d'Abel Gance célèbre pour sa scène sur les fantômes des morts de la guerre qui hantent la conscience d'un poilu,et "Une idylle aux champs" de Charlie Chaplin.

Il avait été tourné en Californie, nous apprend la fiche Wikipedia.

Je me suis un peu intéressé à cette duchesse de Rohan qui patronnait la diffusion de l' "Arménie martyre" en France. C'était une poétesse, âgée à ce moment là de 66 ans. Elle venait de recevoir peu la légion d'honneur du maréchal Foch, en mai 1919, au cours d'une cérémonie dans son hôtel particulier près des Invalides, pour y avoir soigné les blessés de guerre (elle l'avait mis à la disposition de la Croix Rouge), et, le même mois, la croix de la reconnaissance italienne "en remerciement des mois passés dans les ambulances du front en Vénétie". Son mari, le duc était député de Ploërmel en Bretagne. Elle était fille d'un marquis du Périgord. Un de ses fils périt dans la Grande guerre à hardecourt.

Comment la duchesse a-t-elle été sensibilisée à la cause arménienne ?

La duchesse connaissait l'Europe de l'Est. En octobre 1909 (source la revue "Les modes") elle avait effectué un voyage dans le Caucase, en Crimée et en Roumanie, en compagnie de une de ses cinq enfants la princesse Marie qui épousa un descendant de Murat l'acolyte de Napoléon (la petite fille de cette dernière fut l'épouse du ministre de Chirac Albin Chalandon, le monde est petit). La presse de l'époque nous apprend qu'elle y avait rendu visite à la reine de Mingrélie SA la princesse Salomé Murat (à propos de la Mingrélie je vous renvoie à mon livre sur l'Abkhazie). Elle avait écrit une partie de son voyage dans son chalet Herminissia dans la montagne de Kuibia. Le récit fut publié en 1910 chez Calmann Lévy sous le titre "Les dévoilées du Caucase". Le journal "Gil Blas" du 17 juillet 1910 ironique le décrit comme "un voyage en famille minutieusement papoté. L'auteur eût oublié quelque part son ombrelle qu'elle n'aurait pas négligé de nous en faire part". La Croix du 22 juillet 1910, plus déférente le qualifiera de "si aimable, si varié de ton, si spirituel sans prétention et si noble de pensée". On peut supposer que ses attaches mingrèles, auprès de sa belle famille les Murat avait sensibilisé la duchesse à la cause arménienne. Mais on n'en sait pas plus au vu des archives disponibles sur le Net sur ce qu'elle en pensa précisément ni le cheminement précis qui permit au public parisien de découvrir "L'Arménie martyre" à la salle Gaveau.

Le film est in extenso ci dessous.

Lire la suite

Les chemtrails du projet Cloverleaf

1 Juin 2018 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Le monde autour de nous, #Débats chez les "résistants", #Les Stazinis, #Divers histoire, #Barack Obama

Il y a beaucoup de sujets qu'on fuit parce qu'ils ont des relents complotistes, et parce qu'ils nécessitent une compétence scientifique pointu. On finit par s'en remettre aux experts officiels, d'autant que les petits chiens de garde blablateurs sont toujours très doués pour nous injurier et nous menacer dès qu'on s'aventure sur ces terrains. Et puis ces sujets sont souvent discrédités par ceux-là même qui prétendent les amener dans le débats publics et qui, par manque de compétence, les caricaturent. Bref, autant de bonnes raisons pour se taire à ce sujet. Mais il en est une pour quand même essayer de parler : c'est que tout honnête homme doit chercher à savoir dans quel monde il vit, et, s'il a un peu de temps libre et d'intelligence, il ne doit pas passer à côté de ce qui est potentiellement structurant du monde où il vit (or, pour savoir si c'est structurant où anecdotique, il faut d'abord se renseigner et réfléchir).

Parmi ces sujets, les chemtrails, ces traces blanches que laissent les avions dans le ciel. On pourrait juste se dire "c'est débile de penser que nos gouvernants veulent nous intoxiquer avec ça. Ca n'a pas de sens, et d'ailleurs pourquoi les Russes comme les Chinois seraient aussi d'accord eux qui n'ont pas les mêmes intérêts économiques et politiques - du moins pas toujours - que les Américains". Néanmoins le débat persiste depuis longtemps. Alors regardons une seconde et voyons si, au moins en apparence (car, soyons réalistes, on ne pourra pas aller plus loin que les apparences) il est plus sérieux que les théories sur les petits hommes verts, la terre creuse, la terre plate, le fait que le Moyen Age n'aurait jamais existé etc.

On nous dit qu'il existe un projet Cloverleaf (feuille de trèfle) pour répandre des aérosols sur la Terre afin de réduire le réchauffement climatique.

Par exemple Scott Stevens ex monsieur météo de  News Channel 6 à Pocatello explique qu'il est tout à fait logique que les jets produisent des traînées de condensation et qu'il serait inhabituel qu'ils ne le fassent pas. Mais le problème c'est leur persistance. Huit jours sur dix les conditions sont favorables pour que, lorsqu'un avion vole, les traînées persistent, alors que la moyenne devrait être 3,5 ou 4,5.  C'est pourquoi la forme des nuages change. Ils n'ont plus des formes de tortues ou de chameaux, ils sont plutôt strillés.

Un chercheur de la NASA (mais la NASA est-elle fiable ?) Patrick Minnus dément :les trainées de condensation ne représenteraient que 3 % de la couverture nuageuse. Les traînées de condensation se forment dans l'air au-dessous de -39 degrés Celsius quand l'air est sursaturé de glace. En raison de la structure physique de la glace, le niveau d'humidité doit en fait être plus élevé, soit environ 150% d'humidité, que pour que l'air soit sursaturé en eau. "L'échappement (moteur à réaction) injecte beaucoup d'eau dans l'air", a déclaré Minnus."Les gouttelettes d'eau gèlent immédiatement et vous vous retrouvez avec une traînée de condensation." Ca augmente avec le trafic aérien, voilà, c'est tout, circulez y a rien à voir.Sauf que l'idée de balancer des chemtrails pour lutter contre le réchauffement climatique est ancienne. L'académie nationale des sciences américaines l'avait évoquée dans un rapport de 1992 " "La stimulation de nuage par l'approvisionnement des noyaux de condensation de nuage semble être, indique-t-il, une option faisable et peu coûteuse capable d'être utilisée pour atténuer n'importe quelle quantité d'équivalent de CO2 par an. "

On dit aussi qu'Edward Teller (le père de la bombe H) a fourni la solution théorique au bouclier d'ozone dégradé - un programme global de modification atmosphérique à grande échelle. Il a proposé d'utiliser des avions et des fusées pour faire flotter des paillettes métalliques réfléchissantes dans la haute atmosphère afin de refléter les rayonnements ultraviolets, infrarouges et cosmiques nocifs dans l'espace. Cela permettrait de colmater temporairement le bouclier d'ozone, ce qui nous donnerait le temps de remplacer l'ozone par d'autres méthodes. Dans la même logique des avions ultradiscrets balanceraient des chemtrails.

L'hypothèse d'une utilisation de Cloverleaf pour modifier le climat n'est qu'une option faible dans les théories avancées sur les chemtrails.

Selon une thèse plus audacieuse ce projet orchestré par la CIA viserait à créer des armes à faisceau plasma à particules chargées. Une arme à plasma utilise de la matière constituée de particules chargées, d’ions et d’électrons ce qui lui permet de constituer un faisceau capable de détruire des satellites. La transformation de notre atmosphère planétaire en un plasma électriquement conducteur hautement chargé, utile pour les projets militaires. L'air que nous respirons est chargé de fibres synthétiques et de métaux toxiques, y compris les sels de baryum. Ces matériaux agissent comme des électrolytes pour améliorer la conductivité des radars militaires et des ondes radio.

Sauf que le baryum est toxique comme l'arsenic. Il est affaiblit les muscles et provoque l'Alzheimer. Le thorium présent aussi dans ces matériaux est cancérigène.

Le représentant démocrate Dennis Kucinich en 2001 avait tenté en vain  de faire interdire ces armes dans l'espace et comportait aussi un article sur les chemtrails.

L'aspect militaire et l'aspect lutte contre le réchauffement climatique sont interconnectés. Le père de la bombe H Teller était directeur émérite de Lawrence Livermore National Laboratory, où des plans d'armes nucléaires, biologiques et à énergie dirigée sont fabriqués. Peu de temps après la présentation en 1997 de son projet pour remplacer la couche d'ozone,  CBS News a admis que les scientifiques «envisageaient des solutions radicales pour le réchauffement climatique, y compris la manipulation massive de l'atmosphère». CBS a confirmé que le projet de charger l'air avec de minuscules particules «détournerait suffisamment de lumière pour déclencher un refroidissement global. " On sait par ailleurs que le Programme de recherche aurorale active à haute fréquence (HAARP) de l'Armée de terre en Alaska dans le cadre de l'Initiative de défense stratégique est un puissant outil de modification du climat et qu'il peut causer divers séismes.

Pour certains, les militaires prendraient le risque de tuer des civils parce que les sociétés secrètes ont prévu de réduire la population mondiale à 500 millions de personnes. C'est le "premier commandement" d'un étrange monument érigé en 1980 en Georgie (Georgia Guidestones). On connaît un peu le fonctionnement de certaines sociétés secrètes dans l'establishment militaire américain par des témoignages comme celui de Kay Griggs en 1998 (cette dame caricature l'existentialisme et confond Trotsky et Tolstoï mais elle avait l'air honnête, ce qui lui a d'ailleurs valu beaucoup d'ennuis). Allez savoir... La CIA n'en serait pas à sa première opération criminelle contre les civils de son propre pays en tout cas. Pensez au centre de recherche bactériologique de Plum Island où elle embaucha le SS exfiltré (opération paperclip) Erich Traub, centre qui provoqua probablement 1975 à Lyme au Connecticut une maladie inconnue (lyme disease) - le Dr Hermann von Buchholtz disparut mystérieusement pour avoir suspecté Plum Island.

Ce qui me gêne dans toutes ces histoires c'est que, si j'admets que l'augmentation du nombre des cas d'Alzheimer en 10 ans de plus de 50 % ne peu pas s'expliquer par le vieillissement de la population ni par les progrès de la connaissance médicale, je peine à l'imputer à des chemtrails. Si les militaires américains (ou français, ou chinois) balançaient du baryum ou du thorium dans l'atmosphère pour préparer leurs armes à plasma, tout un chacun pourrait le mesurer dans son jardin avec les instruments de mesure adéquats, non ? Juste une remarque naïve à ce stade où je n'ai pas d'opinion très élaborée sur le sujet.

(NB : en tout cas je conseille aux chercheurs sur le sujet de se reporter plutôt à des travaux américains qu'à des gens comme feu Claire Severac qui a l'air d'avoir beaucoup de fans sur le Net français mais qui était la reine de l'imprécision là dessus - voir cette video où on a droit à des "à Corpus Christi et je ne sais plus dans quel autre endroit' où min 5'12 ou à la minute 6'48 "Brzezinski éminence grise de tous les présidents des Etats-Unis", alors que quiconque connaît un peu la politique américaine et les relations internationales sait qu'il était  uniquement attaché aux cercles démocrates et fut donc conseiller de Carter, Clinton, Obama, et pas des autres, pour discréditer un propos ce genre d'erreur est fatal...)

Lire la suite