Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Réponse à une question sur le Kosovo

5 Mars 2009 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Débats chez les "résistants"

M. Cypher a bien voulu me demander de préciser la "nuance" qui me distingue de certains point de vues serbes actuels sur le Kosovo.

Comme la majorité des Serbes, je m'oppose à la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo et souhaite que la Cour internationale de justice donne raison à Belgrade. Je m'y oppose pour les raisons suivantes
1) L'indépendance du Kosovo a été arrachée au prix de dix ans d'interventionnisme et d'actions coloniales occidentales dans les Balkans, et d'une série de mensonges diffusées dans l'opinion publique sur l'histoire ancienne et récente de cette région, et du rôle que le peuple serbe y a joué
2) Parce cette indépendance ne garantit nullement les droits des minorités non-albanaises dans cette province actuellement encerclées et dont le patrimoine culturel est menacé
3) Parce que cette indépendance unilatérale acquise sans référendum concommitent du Kosovo et de la Serbie, et au mépris de toutes les règles qui président aux sécessions "par consentement mutuel" (les Etats-Unis et leurs alliés ayant d'ailleurs dissuadé toute négociation en vue de concessions réciproques) menace complètement tout l'ordre européen et mondial - il y introduit la loi de la jungle, qu'ont toujours affectionnée les USA quand leurs intérêts sont en jeu (rappelez vous par exemple leur refus des verdicts de la cour internationale de justice sur le Nicaragua, semblable aux refus israéliens du verdict sur le mur de Jérusalem)

En revanche mon point de vue diffère de celui de certains (nombreux) Serbes en ceci que je pense inévitable une partition du Kosovo (d'ailleurs pronée par le président yougoslave Cosic dès le début des années 1990). L'argument souvent entendu selon lequel "le Kosovo est le coeur (affectif et historique) de la Serbie" pour aussi romantique et touchant qu'il soit ne pouvant conuire à faire totalement l'impasse sur la présence massive d'une population albanaise dont une majorité de toute évidence ne souhaite plus collaborer avec les institutions serbes. Ce facteur doit être démocratiquement pris en compte pour organiser des découpages dans divers sous-ensembles de la province, me semble-t-il. Mais ces découpages, cette partition, doivent être négociés.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

D
Merci de votre opinion qui est toute à fait raisonnée.J'avoue que ce qui m'ennuie personnellement, c'est cette décision unilatéralle alors que c'est plutôt le Conseil de Sécurité qui doit se prononcer et avoir le "dernier mot".
Répondre
F

C'est tout à fait évident. Comme dans l'affaire irakienne, et comme au moment des bombardements de 1999, il y a un mépris total pour le droit international, c'est-à-dire pour la bonne entente
entre les pays et les peuples.