Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Hollande, Google, Pulvar, Bartolone, le 9-3

19 Octobre 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #La gauche

hollandeTout le monde le sait désormais : François Hollande ne fera pas ployer les grandes puissances financières. Il n'en a même pas l'ambition. Aujourd'hui il veut soustraire les oeuvres d'arts à l'impôts de solidarité sur la fortune. Demain il se couchera devant Google qui le menace si la France soumet ce groupe à l'impôt. Au fait, quelqu'un sait-il ce que cela coîte à un gouvernement de créer son propre Google comme l'ont fait je crois les Chinois ? Bien sûr nul ne se pose la question en France.

 

Notez que Mme Filipetti (dire qu'elle a fait Normale Sup la pauvre !) m'a bien fait rire aujourd'hui avec cette sortie : "Je suis un peu surprise par le ton de cette correspondance, qui s'apparente à une menace. Ce n'est pas avec des menaces qu'on traite avec un gouvernement démocratiquement élu". Vous avez bien lu "démocratiquement élu". Parce que lorsqu'un gouvernement n'est pas "démocratiquement élu" (Cuba, la Syrie, l'Iran, la Biélorussie, le Laos... euh, peut-être aussi le Qatar, le Kazakhstan, la Chine, que sais encore), alors là oui, on fait ce qu'on veut. Menace, chantage, humiliation, pas de problème.

 

Remarquez on le fait aussi, quand même, avec des gouvernements démocratiquement élus : voyez l'Argentine - Mr Mélenchon qui s'y trouve égraine une liste édifiante de pressions extérieures que ce pays courageux affronte.

 

Alors non vraiment, point d'estime pour M. Hollande qui ne mérite pas notre considération. Je rappelais il y a peu sur un blog ami que  François Hollande était tête de liste de la liste du PS aux élections européennes en 1999 quand nous bombardions la République fédérale de Yougoslavie au nom des valeurs du drapeau bleu à étoiles jaunes (je me souviens de sa tête sur les affiches au moment même où nos avions larguaient leurs bombes, une tête ne peut pas vous revenir après cela). Bien sûr l'anecdote ne parle à personne, parce que moins de 100 000 individus en France à ce moment-là avait concommittamment au bout du fil des correspondants qui voyaient pleuvoir des Tomahawks à leur fenêtre pendant que les candidats français dissertaient sur notre belle Union.

 

M. Hollande ne peut nous inspirer qu'une indulgence : celle qu'on doit à quelqu'un qui aréussi à se faire élire sous une étiquette de centre gauche dans un pays de plus en plus agressivement de droite (ce matin M. de Villepin avouait que M. Coppé durcissait son discours parce que les campagnes dans son parti se gagnent de plus en plus à droite). Mais c'est bien peu. Et ce ne sont pas les lunettes à 15 000 euros de Mme Pulvar qui me feront changer d'avis (avec Mme Benguigui ces deux nous donnent la vérité du système gauche caviar actuel). Pour ma part désormais je change de chaîne à la TV quand je vois ces misérables socialistes sur mon écran.

 

M. Bartolone nous explique que la France ne tiendra pas les engagements de déficit que nous impose l'Union européene. Il est bien placé pour le savoir dans l'état où se trouve la Seine-Saint-Denis, et dans l'état où il la laissera, dans 10 ans, quand le contribuable local devra payer la facture des dizaines de collèges qu'il fait construire avec de ruineux "partenariats publics privés" (PPP). Au fait, amis lecteurs, je vous informe que je suis très déterminé à publier mon livre sur mes trois ans en Seine-Saint-Denis, malgré les censures éditoriales dont je fais l'objet. Vous y comprendrez mieux notamment, le combat que j'ai mené avec d'autres contre l'actuel président de l'Assemblée nationale. Ceux qui crachent sur le Front de gauche en permanence au nom de la vision "plus haute" - et en fait plus groupusculaire - qu'ils prétendent avoir de la politique devraient au moins avoir la décence de reconnaître, à l'actif de ce mouvement, le mérite d'avoir conduit des luttes comme celle-là. Certes il avait quelque chose de poiticien puisque le FdG dans le 9-3 voulait reconquérir une majorité, mais il s'y trouvait aussi une vision de la société derrière. Quand le FdG aura disparu du 9-3 qui protègera sa population contre les PPP ? Les champions de la polémique sur Internet ? Réfléchissez lecteurs, gardez les pieds sur terre :

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

gilles 23/10/2012 18:51


Bonjour Frédéric et Edgar, je suis assez d'accord avec toi Frédéric, je commence à relativiser la pertinence de la démarche de l'UPR quand dans mon département, je vois les théories fantasques et
les idées soraliennes débitées par certains membres de l'UPR lors des réunions. Surtout quand toute proposition d'action concrète en direction des gens : tractages, affiches est réfutée par les
mêmes parce que selon leurs dires « l'Empire » est trop puissant et que oulà-là, sur le marché de « Trifouillis- les Oies » des agents provocateurs nous casseraient la gueule si nous mettions à
distribuer des tracts. Il y a des types bien à l'UPR, mais je commence à penser qu'il existe un climat paranoïaque malsain chez certains et que la personnalité de françois Asselineau induit ce
genre d'ambiance. Ce, qui bien entendu, ne veut pas dire que l'UPR n'a pas d'ennemis politiques, mais que ce parti est mal régulé et finit par surréagir aux attaques dont il est l'objet, ce qui
le prive de la lucidité nécessaire afin de se déterminer. En ce qui concerne la Libye, je n'ai pas le moindre début de réseau solide qui permettrait de créer un embryon d'agence d'information,
ceci d'autant plus gratuitement, même si, je ne sais pourquoi, je me suis assez emballé l'année dernière pour dénoncer sur de nombreux sites les crimes de la guerre contre la Libye l'année
dernière, mais la connaissance approfondie de mon état de santé m'oblige à être plus modeste et plus réfléchi que l'année dernière.


 


Comme disait mon père : « Chi va piano, va sano. Chi va sano, va lontono. »

Frédéric Delorca 23/10/2012 21:29



gilles tes témoignages de terrain sont toujours très intéressants. Pas gai de voir ses intuitions vérifiées à ce point. Comme tu dis la personnalité d'A y est pour beaucoup hélas



edgar 23/10/2012 17:06


lu