Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Jeux de rôles

27 Janvier 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Ecrire pour qui pour quoi

Je déteste le rôle du pédagogue qui veut "dispenser son savoir" avec aplomb en s'écoutant parler. Le rôle du prophète au désert, illuminé, envahi par les intuitions et que personne ne prend au sérieux n'est pas trop ma tasse de thé non plus. Reste le rôle du citoyen lambda qui réfléchit pour lui-même et balance ses réflexions à tout hasard dans l'espace public "au cas où ça puisse rendre service à quelqu'un d'autre". Mais ce troisième rôle suppose qu'on ne parle au fond qu'à une dizaine de personnes. Certains diront que c'est une voie de facilité et une façon de contourner le devoir historique de faire circuler certaines informations auprès du plus grand nombre.

 

Mais il est très difficile de diffuser à grande échelle des choses que l'on croit juste tout en continuant soi-même à les problématiser, à les placer dans des perspectives nouvelles, avec d'autres mots, en relation avec d'autres réalités. C'est une véritable quadrature du cercle.

 

A part cette question sur le rôle à jouer au sein d'une époque, il y a aussi cette interrogations (et ça va avec la question "à combien de gens veut-on parler ?") : quels sujets traiter sur ce blog ? Je pourrais m'attaquer à des thèmes qui touchent les adeptes de la religion médiatique : ceux qui se sentent obligés de suivre les faits et gestes de François Hollande et les amours de Rachida Dati.  Et dans cet esprit je décortiquerais le programme du parti socialiste ou celui du Modem. Mais ce temps là serait perdu pour des thèmes de plus longue haleine, plus philosophiques, qui me tiennent plus à coeur (même si ce que j'ai à dire sur eux ne vaut peut-être pas grand chose). Or, vu que la géopolitique que je balance sur le blog de l'Atlas alternatif me prend déjà beaucoup de temps, difficile en plus de commenter l'actualité au ras des paquerettes. Je pourrais, sans être médiatolâtre, me plonger aussi sur des sujets plus techniques, comme les cellules photovoltaïques ou la taxation des stock options. Là encore, ça ne cadre pas trop avec mes centres d'intérêt... Donc il faut assumer aussi le fait, au fond, d'être positionné sur des sujets qui non seulement ne sont pas les plus populaires, mais qui ne sont pas non plus les plus concrètement utiles. Peut-être ne fais-je que brasser du vent. Il faut assumer ce risque je crois.

 

saint-jerome.jpgMa formation de philosophe m'a toujours donné le goût de regarder au delà du quotidien. Et les difficultés du monde actuel me renforcent dans la conviction qu'il faut essayer de voir loin, car le mode de fonctionnement actuel n'est pas vivable très longtemps. Il va falloir nécessairement poser la question de la frugalité, de la solidarité etc, ce qui implique, derrière, l'autre interrogation : qu'est ce que l'être humain ? Cet être humain que je suis, et cet être humain qu'est toute autre personne que je croise dans la rue.  Quel type d'animal sommes-nous ? Qu'est ce que cette animalité particulière implique dans notre rapport à nous-mêmes et à l'autre ? Ce rapport doit-il et peut-il changer ?

 

Face à ce genre de question, il faut s'autoriser toutes les audaces et toutes les expérimentations. Ces derniers temps par exemple je me demande si je pourrais soutenir, tout au long d'un livre, l'option d'une société entièrement fondée sur la solitude des individus. Solitude en Sibérie comme Tesson ou devant des ordinateurs. J'ai besoin de poser cette question pour être certain de ce que vaut mon hypothèse d'un nouveau "stoïcisme", d'un nouvel unitarisme humain, qu'il soit socialiste ou pas. On ne doit jamais avancer une proposition sans avoir sérieusement examiné son contraire. Donc celui qui défend l'unité de l'humanité doit en examiner toutes les options possibles, y compris la destruction complète des liens qui ont assuré ladite unité depuis des millénaires.

 

Donc voilà, c'est un peu philosophique, je l'admets, mais pas abstrait, je ne crois pas. En tout cas quand je me lance ici dans des considérations sur tel ou tel éléments d'actualité, c'est aussi en tant qu'il rentre en résonnance avec ces interrogations que je garde en arrière plan. Bref, je n'épilogue pas car il est tard, mais il fallait bien que je précise cela aussi pour les lecteurs de passage qui chercheraient ici des textes plus en phase avec les préoccupations quotidiennes des journalistes ou des grands blogs d'internet.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article