Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Frédéric Delorca

Pythagore

26 Août 2012 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Antiquité - Auteurs et personnalités

Diogène Laërce, avec ses biographies de philosophes antiques, reste mon principal compagnon de solitude. Je découvre toujours des choses amusantes et instructives dans ces histoires, au milieu du fatras de racontards qu'il véhicule. Je trouve tel scholarque de l'Académie amoureux du luxe et des courtisanes (un "nouvel Aristippe" nous dit Diogène Laërce), j'apprends que Démocrite était un fanatique de Pythagore (alors que ces auteurs me paraissaient incompatibles entre eux).

 

La figure de Pythagore m'intrigue de plus en plus. Une certaine tradition issue sans doute de l'école républicaine française qui m'a formé m'a poussé à le mépriser au même titre que ceux qu'on nommait autrefois du terme péjoratif de "présocratiques", c'est-à-dire ceux qui ont eu le malheur de naître avant les lumières rationalistes de Socrate. Une fois qu'on est conditionné dans le mauvais sens, il est difficile de faire le chemin à l'envers. J'ai eu beau savoir que Platon lui devait beaucoup, et qu'il y avait du pythagorisme dans les Evangiles (il faut penser toutes les similitudes entre Pythagore et tous les grands fondateurs de religion, le Christ, Bouddha et les autres, car c'est bien ce qu'il fut), je n'ai vraiment commencé à songer à lui que récemment, quand j'ai appris qu'il fut peut être à l'origine du druidisme, et qu'il influença beaucoup les systèmes politiques de l'Italie du Sud.

 

Comme toujours j'aime à rentrer dans les grandes pensées par les petites choses (un peu comme Derrida en un sens, c'est mon côté "pensée 68"), et je trouve chez Diogène Laërce des considérations stupéfiantes sur le rapport de Pythagore aux fèves, qui éclairent à mes yeux toutes les ambiguïtés des spiritualités antiques, si, par exemple, on les compare aux thèses du premier stoïcisme sur certaines pratiques sexuelles. Je n'en dirai pas plus ici mais il y aurait beaucoup à en dire. Les interdits alimentaires du pythagorisme sont impressionnants et profondément surprenants quand on sait que les règles diététiques n'étaient pas très répandues dans le monde grec en ce temps là. Avoir pensé les interdits est aussi considérable à l'époque, que d'avoir envisagé que la Terre pût être ronde (ce que Pythagore devina avant tous les autres). Je pense que Pythagore risque de jouer dorénavant un certain rôle d'arrière-plan dans mes associations d'idées sur les Grecs, le matérialisme, la rationalité, les réformes politico-religieuses.   

 

ps : une émission qui en parle ici

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article